AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

WOM FETE SES UN AN !

Merci d'être avec nous depuis tant de temps, on vous aime


Une intrigue pleine d'actions est en cours !

Venez vous aussi au FESTIVAL DE MIAMI

Le nouveau classement a été mis en ligne !

A vos rps pour vous aussi être dans les premiers du classement



 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 10
MESSAGES : 1219
AGE : 24
CÉLÉBRITÉ : Nicolas Simoes (les cheveux longs, pas les cheveux en poil de cul svp!)
PSEUDO INTERNET : kindness. (jade)
FLORIDIEN DEPUIS LE : 21/05/2016
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★★★☆☆
RICHESSE
★★★☆☆☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★★☆☆☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★★☆☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆




caractère:
 

anecdotes:
 



FAMILY
ALWAYS & FOREVER
(SOLVEIG)
(MATZ)
(REESE)
(ENRIQUE)

LOVE
WAR OF HEART



(STEADRIS) Y'a pas les mots pour décrire l'indescriptible, y'a pas les autres pour expliquer, parce que les autres ils comprennent pas. Et puis y'a les sourires en coin, les opales qui parlent quand les mots sont sur les lèvres. Le coeur qui se serre, qui s'affole un peu trop, la folie qui prend aux tripes, la passion qui laisse qu'des cendres, y'a le désir, le manque atroce. Et puis y'a elle, et puis en fait, y'a qu'elle.

FRIENDS
ALONE TOGETHER
(THEA)
(ITAL) L'amitié rare, l'amitié pure, délirante sur les bords, complètement dénuée de rationalité. Votre relation elle est écorchée, peut-être à cause de toi. Sûrement à cause de toi. L'abandonner deux fois, pas foutu de la préserver. Alors tu la fauches, rayes le diamant qu'elle est. Connard.


HATE
MOTHERFUCKER

OTHERS
UNKNOWN
(ELSIE)


Spoiler:
 

avatar

like i would - SOC
like i would - SOC




No broken hearts in the club.   
Dim 22 Mai - 0:14






valentin steadworth

ft. Nicolas Simoes



01. Si tu étais un personnage célèbre ? Georges Clooney, rien que pour la dose de caféine haute qualité gratuite.
02. Si tu étais une catastrophe naturelle ? Un tremblement de terre, reflet de ta colère. Tu fais des dégâts autour de toi de façon imprévisible, tu trembles à tout casser, à fissurer le monde entier, à craqueler chaque parcelle de la terre. Et puis ensuite c'est le calme plat, le silence, tu te retires sans un mot, t'as fini de crier ta haine, et tu t'en vas en laissant juste des « pourquoi ».
03. Si tu étais un réseau social, une application ? Twitter, pour ses conneries, pour ses coups de gueule, pour le soutien, et surtout pour la limite de caractères : simple,  net,  efficace dans les mots.
04. Si tu étais un animal imaginaire ? Un dragon pour surplomber le monde entier, voler sans s'arrêter, adrénaline de l'addiction.
05. Si tu étais une odeur, un parfum ? Parfum de l'inoubliable, de ceux que personne n'oublie même trente ans plus tard. Parfum fruité qui se révèle masculin, odeur qui flâne pour bercer les cinq sens, chatouillant finement l'odorat. Peut se transformer en parfum possiblement amer qui active les mauvais souvenirs, mais au fond de la mémoire entachée par la rancune, on trouve toujours ce morceau minuscule qui chuchote la rareté de ce parfum.  
06. Si tu étais un élément ? (feu, eau, etc.) Le feu,  celui qui brûle, l'ardent, l'intense. Celui qui réchauffe tout en menaçant de se propager en dévastant ce qu'il y a autour, celui qui fascine, qui intrigue, celui qu'on veut éteindre ou au contraire attiser. La crainte mélangée à la sécurité, parce que si le feu s'éteint, on s'engouffre dans le noir total, l'effrayant.
07. Si tu étais un monument historique ? Le Sphinx du Caire, sans aucune raison valable si ce n'est celle que tu as une incompréhensible obsession pour l'Egypte antique.
08. Si tu étais un plat ? Un hamburger à trois étages. Le rustre, le trop gras, la malbouffe, le je-m'en-foutiste culinaire. L'explosion de saveurs dans la bouche, le regret d'y avoir goûté ensuite, l'envie de recommencer à la fin.
09. Si tu étais une boisson ? Le champagne et ses fines bulles pour le charisme, l'alcool pour l'impertinence, l'ivresse de la jeunesse, la modération de la maturité.
10. Si tu étais un style de musique ? Sûrement le rap, l'honnêteté, les paroles qui serrent le cœur dans des mots trop travaillés. Un rythme effréné qui va jusqu'à tambouriner dans un bruit sourd dans les tympans, et quand on s'y attend le moins elle se radoucit, c'est la tranquillité, la plénitude tirant même vers l'humour. C'est même violent, c'est vulgaire, c'est dans le choc, ça percute, c'est le boum de fin.



NOM(S) : Steadworth, purement américain, patriote du patronyme, le drapeau fixé au cœur. Inconnu au bataillon, nom de paysans, littéralement. Tu remontes quelques années avant et ton nom prend tout son sens.
PRENOM(S) : Valentin, prénom enfantin teinté de nostalgie, celui des jours heureux, de la vie bien rangée. Et puis tu l'as malmené dans tous les sens ton prénom, et aujourd'hui il rappelle juste l'insolence et la rébellion, mais on l'aime toujours ton prénom. On aime toujours rappeler ton prénom pour montrer qu'il ne faut pas prendre le même chemin, tu es l'anti-héros de base, ta réputation est discutable.
DATE DE NAISSANCE ET ÂGE : Premier juillet, soleil brûlant, agressif, sueurs qu'on éponge dans l'eau de mer, sel, bouées, bateaux. Tu files vers les 25 ans cette année, le quart de siècle qui s'approche furtivement de ton âme.
LIEU DE NAISSANCE ET NATIONALITE : T'es né dans le village sans nom, le village de l'oubli peuplé par tout un tas de paysans sans noms. Et puis vous êtes sur des cartes sans noms, celles au fond du tiroir que personne n'ouvre. Loin de tout, loin du réseau, loin de la vie, loin du monde. Village du pays, pure souche américaine, là où chaque maison porte fièrement son drapeau, valeur patriotique dans tous les angles, les étoiles à s'en fissurer les rétines. Toute ta famille est américaine, les Steadworth transpire la grandeur et la beauté de l'Amérique.
ORIGINES : Si ce n'est que tu dois descendre de la lignée des pères fondateurs dans le Mayflower, pas sûr que du sang étranger coule dans tes veines. Ni espagnol, ni portugais, ni italien, encore moins français, tu es définitivement américain dans les moindres recoins.
QUARTIER D'HABITATION : blue lagoon. 
ORIENTATION SEXUELLE : tu n'as jamais eu d'hésitations à ce sujet là, depuis toujours tes yeux s'immiscent dans l'intimité des femmes, tu suis du regard, le sourire mutin aux lèvres tandis que tes bras se croisent. Elles te font chavirer les filles, elles te maltraitent avec leurs formes, elles te font céder délicatement.
SITUATION SOCIALE : libre comme l'air. Attaché le temps d'un soir. Détaché la journée.  
ANNEE D'ETUDES : tu termines ta septième année, c'est que le temps file plus vite que tu ne le pensais.
CURSUS ETUDIES :Tu es dans le droit privé, les tribunaux seront les tiens, pas à la Drop Dead Diva, tu fais dans le soft toi, et surtout dans les affaires familiales. Étonnamment ton cursus mineur est aux antipodes, tu as toujours eu cette fibre artistique en toi, c'est bien la seule occupation que tu pouvais avoir dans ta ferme en dehors de tes frères et sœurs.  
METIER : Barman à mi-temps, mais tu prolonges tes heures dès que tu en as l'occasion. C'est ton gagne-pain et tu n'hésites pas à abuser de tes atouts pour vendre plus aux princesses trop blindées qui ne supportent seulement que le goût des champagnes finement bullés sur leurs palais délicats. T'aimes bien ce que tu fais, tu vois des gens, t'écoutes les plaintes, t'es au courant de tous les ragots et t'as même un accès gratuit sur les consommations.
SITUATION FINANCIERE : pas un rond, pas un sou, pas de fric, pas de billets, encore moins d'économies depuis que t'as tout claqué dans tes études. Ton métier te sauve la poire, et t'uses bien de tes pourboires généreux.
OCCUPATIONS DU TEMPS LIBRE : L'oiseau de minuit, l'enfant qui court en pleine nuit, jamais chez lui, toujours à traîner. Traîner dans la rue, traîner avec eux, traîner dans le lit avec elles, traîner des pieds, traîner tout court. La liberté, l'indépendance, partout et nulle part, surtout partout, jamais au même endroit, l'oiseau nocturne l'explorateur, traînée de poussière que personne attrape.
RÊVES/PEURS : t'es costaud devant les autres, t'as ce surplus d'humour qui te sauve la vie parce que t'as le rictus facile pour éviter la question, tu joues sur les mots, tu remets à plus tard et t'évites de te dévoiler. Mais au fond, t'es effrayé par tout, t'es effrayé qu'on te découvre sous un autre jour, qu'on voit que tu n'encaisses pas tout, que tu n'es pas juste le barman qui gère toutes les situations avec son sourire espiègle. Et tu détestes qu'on gratte trop parce que tu détestes être gratté là où ça fait mal, tu veux tout garder à l'intérieur, tu te persuades que tu peux tout surmonter. Mais t'as peur, peur de réaliser que t'as pas les épaules assez larges pour te prendre chaque coup de poing en pleine tête, peur de devoir avouer que t'as besoin d'aide.




 

≈ quelle image renvoies-tu ? Le charisme, l'attraction, le séduisant dans l'éloquence et les blagues, la barbe mal taillée, les cheveux en pagaille qui définissent ton style. Le sale gosse qu'on aime. Le simple et le compliqué à la fois, celui toujours bien accompagné, trente-mille amis, sûrement la belle baraque, peut-être même la ferrari. Le volage, l'indécent, le provocateur, le sarcastique, jamais attaché à une personne, le changeant. La bonne humeur, la facilité d'accès, le tatoué du poignet, le mystérieux, l'intrigant, l'honnête. Le grand frère, la sœur bonne, le frère bandant, Steadworth, la famille unie, celle qui fait des envieux.

≈ quel caractère as-tu réellement ? T'es comme ce que tu renvoies, le fric en moins. Pas de Ferrari, pas de grande baraque au bord de la plage. Et tu es sûrement un peu moins relax que ce que tu laisses paraître, t'es un angoissé, un vrai stressé, toujours le cœur qui bat trop vite à t'en briser la cage thoracique. Tu es volage, la peur de trop s'attacher et de tout détruire comme tu sais le faire, brûler toutes les bonnes choses qui peuvent t'arriver. Tu passes ton temps à te remettre en question, à te démener pour rapporter de l'argent, mais t'as cette facilité à parler et à danser avec les mots, ta bonne étoile qui ne s'éteint jamais. Celle qui t'aide même dans tes mauvais plans, parce que tu as cette force de langage que tu aimes cultiver, les mots qui choquent, qui flânent, qui s'envolent, qui se modifient dans tes péripéties, ta clef pour prospérer dans tous les milieux, celle qui t'ouvre tous les coffres, toutes les portes, celle qui détruit tous les murs qui se dressent face à toi. Et puis t'as le don pour agir sans réfléchir, tu fonces dans le tas et tu t'en mords les doigts ensuite et même ton sens inné de la parole ne rattrape pas tes conneries.

≈ quelle image idéale aimerais-tu renvoyer dans le futur ?  La même qu'en ce moment parce que tu l'emmerdes le futur, tu ne vis qu'au présent. Dans un putain de présent imprévisible.



 

SI TU ES ETUDIANT, DANS QUELLES CONFRERIES VOUDRAIS-TU ALLER ? TAU KAPPA EPSILON ou SAME OLD CREW
≈ SOUHAITES-TU PARTICIPER A L'INTRIGUE ? [XXX]oui []non
≈ SOUHAITES-TU UN PARRAINAGE ? []interactif []classique [X]non
≈ SOUHAITES-TU RESERVER TON PRENOM ET/OU TON NOM ? [X]nom [X]prenom []aucun
≈ SOUHAITES-TU ÊTRE SOUMIS(E) AU SILENT CRAFTINESS ? [X]oui, au niveau fort []oui, au niveau faible []non

citation courte
Je m'appelle JADE mais on me connaît (ou pas) sous le pseudo de KINDNESS.. J'ai déjà vécu 18 ANS et je veux vivre encore 112 ANS. J'ai décidé d'emprunter le corps de NICOLAS SIMOES parce qu'il/elle est canon, évidemment sous les traits de VALENTIN STEADWORTH qui est un PERSONNAGE INVENTE. Je joue déjà sur Waves of Miami, PERSONNE. J'ai connu le forum grâce à BAZZART OF COURSE et je le trouve     . Pour finir, DERNIER MOT ? Love sur vous  What a Face   

Code:
<div class="pris">NICOLAS SIMOES</div><div class="lienp">[url=http://wavesofmiami.forumactif.org/u53]pr[/url]</div><div class="nomper"> Valentin Steadworth</div>







Oups j'ai peut-être un peu trop écrit Arrow
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 10
MESSAGES : 1219
AGE : 24
CÉLÉBRITÉ : Nicolas Simoes (les cheveux longs, pas les cheveux en poil de cul svp!)
PSEUDO INTERNET : kindness. (jade)
FLORIDIEN DEPUIS LE : 21/05/2016
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★★★☆☆
RICHESSE
★★★☆☆☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★★☆☆☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★★☆☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆




caractère:
 

anecdotes:
 



FAMILY
ALWAYS & FOREVER
(SOLVEIG)
(MATZ)
(REESE)
(ENRIQUE)

LOVE
WAR OF HEART



(STEADRIS) Y'a pas les mots pour décrire l'indescriptible, y'a pas les autres pour expliquer, parce que les autres ils comprennent pas. Et puis y'a les sourires en coin, les opales qui parlent quand les mots sont sur les lèvres. Le coeur qui se serre, qui s'affole un peu trop, la folie qui prend aux tripes, la passion qui laisse qu'des cendres, y'a le désir, le manque atroce. Et puis y'a elle, et puis en fait, y'a qu'elle.

FRIENDS
ALONE TOGETHER
(THEA)
(ITAL) L'amitié rare, l'amitié pure, délirante sur les bords, complètement dénuée de rationalité. Votre relation elle est écorchée, peut-être à cause de toi. Sûrement à cause de toi. L'abandonner deux fois, pas foutu de la préserver. Alors tu la fauches, rayes le diamant qu'elle est. Connard.


HATE
MOTHERFUCKER

OTHERS
UNKNOWN
(ELSIE)


Spoiler:
 

avatar

like i would - SOC
like i would - SOC




Re: No broken hearts in the club.   
Dim 22 Mai - 0:15


KEEP AN EYE ON YOU

Liberté. Douce mélodie qui te berce pendant que tu conduis, tes cheveux dansant dans le vent et ta tête bougeant au rythme de la musique. La vitesse comme meilleure amie, la route comme compagnie. Tu as encore cédé à la tentation, celle qui te mitraille chaque jour, te torturant jusqu'à assouvir tes désirs. La route qui te mène jusqu'à Miami, Macklemore qui retentit dans toute la voiture, t'oublies les limitations de vitesse, tu as décidé de vivre aujourd'hui. Un peu plus que les autres jours, un peu plus vivant que dans ta campagne. Tu retrouves la civilisation, celle qui te manque tant, celle qui t'anime. Tu accumules les péchés capitaux, tu succombes à la gourmandise, à l'envie et même à la luxure, au plaisir de profiter de cette ville, de ces fugues que tu fais parce que tu étouffes entre les pelles, les râteaux, les tracteurs, tu étouffes dans une vie qui ne te correspond pas. Qui ne t'a jamais correspondu du plus loin que tu t'en souviennes, tu te considères comme le point noir dans le tableau, tu ne vas jamais dans le bon sens, ça cloche chez toi, alors que chez le reste de ta famille tout semble rouler. Ta soeur, c'est l'innocence, la plus belle, le regard azur dans lequel on se perd tandis que ton frère c'est la fierté, les bonnes notes, la perfection. Et puis toi, t'es rien de tout ça, juste le serial-fugueur, le brouillon avant les chefs-d'oeuvre, un peu raté sur les bords, t'es l'essai foiré, le sale gosse jamais chez lui.

Le ciel étoilé au dessus de ta tête brune, tu laisses courir tes opales sur la rondeur brillante qui illuminait toute la nuit, laissant échapper de la fumée tandis que tu baisses enfin ta tête vers les autres. Les autres, trois excentriques dans trois corps aux antipodes. Les autres, trois baroudeurs qui se la jouent faux gangsters, consommateurs experts du mauvais, du salace, du cru, de l'illégal, les fils de populaires dans ton village, ceux qui brillent par leurs noms entachés d'histoires lubriques, histoires qu'on tait mais que tout le monde sait. Tu les aimes bien, assez cons pour te faire rire mais assez cons tout de même, tu es presque sûr que ta culture est en danger quand tu te retrouves avec eux. Ta cigarette entre les doigts, ta meurtrière temporaire qui se consume devant tes yeux clairs, tu joues avec l'élastique de ton manteau de ta main libre. Tu entends des rires percer le silence, des dents qui se laissent entrevoir de la part des trois bouches en face de toi. « Un très bon coup, mais presque trop de monde au balcon. » Tu écoutes, un rictus en coin qui se dessine effrontément, et puis tu piques parce que c'est ton passe-temps, celui qui trompe ton ennui profond. « C'est peut-être que t'es pas assez doué avec tes mains d'enfant, parce qu'aux dernières nouvelles y'a jamais trop de monde au balcon. » La sentence qui ne se fait pas prier, une claque sur ta jambe qui résonne dans la nuit, ton rire qui se laisse entendre sous les yeux amusés des autres. « Connard. » Insulte jetée au vent, langage fleuri de votre troupe de fils indignes, la langue de Shakespeare martyrisée sous les coups revolver du vulgaire. « Tout de suite les grands mots, un peu de tenue. » Tu joues le faux bourgeois le temps d'un temps, étiquette qui ne te colle absolument pas à la peau. Elle te démange déjà, t'irrite quelque peu, ça ne te va définitivement pas, tu es de ceux qui aiment jouer le fermier, langage familier et insultes qui claquent dans ta bouche. « Je m'entraînerai sur ta soeur, à cet âge là ça se développe bien, pour le moment elle a pas grand chose mais ça va venir, j'aurai le temps d'améliorer mes techniques. »  Tu prends une autre bouffée de fumée et laisse ton pied frapper son torse, des mèches de cheveux glissant sur ton visage déformé par une grimace amusée. « Pédophile. » Silence pesant qui s'installe, jusqu'à ce que vos regards se croisent pour terminer en crise de rire. Vous vous tapez dans la main, votre joute de mots terminée, vous mordez comme signe d'amitié, vous fonctionnez à l'envers mais vous vous comprenez à l'endroit. Ca a toujours marché comme ça, vous n'êtes qu'un groupe de handicapés de la communication, ceux qui préfèrent user du faux pour éviter d'étaler le vrai. Vous n'êtes qu'un groupe de vilains petits canards, premiers arrivés dans la fratrie, derniers servis. Douleur interne que vous vous efforcez d'effacer, fierté accrue qui parle pour vous. Tu jettes un coup d'oeil à ta montre aiguillée évaluant rapidement l'heure. « Allez on bouge. » Tu plies bagages, jetant ton mégot sur le sol, oubliant totalement ce qui t'entourait. Vous marchez déjà lentement, vous racontant des blagues tandis qu'une odeur de brûlé se laisse sentir. Et puis au fond, on crame tout dans les campagnes, ça ne t'interpelle pas, jusqu'à ce qu'un putain trop sérieux perce votre délire ridicule. Tu te retournes machinalement et tu laisses tout tomber. Tu ne vois que des flammes danser à quelques mètres de toi, des flammes qui inondent la remise, ne laissant que des cendres derrière elles. Un feu ardent qui consume l'entièreté de cette ferme, continuant sa route devant toi. Tu restes stoïque alors que les autres s'affolent autour de toi, on te pousse, on te crie dessus mais tu te sens incapable de bouger un membre. Valentin! Valentin! Tire-toi! Tu n'es que la figure de l'impuissance. Ca te frappe à l'intérieur, ton cœur qui menace de s'arracher de ta poitrine, tes mains qui tremblent tandis que tu ne fais que te répéter « Qu'est-ce que j'ai fait.. », la culpabilité qui te dévore déjà. Tu es en boucle, tu te retrouves seul, à côté de toi ils ont juste filé à l'anglaise la peur au ventre de se faire arrêter par la patrouille. Tu ne leur en veux même pas, t'aurais sûrement fait pareil si cette remise n'était pas celle de ta famille. Et au fond, tout au fond, au plus profond, dans les abysses de tes sentiments, tu ne peux réprimer ce sentiment de soulagement, celui qui te murmure que tu vas enfin quitter ce village.

« Valentin..Valentin ! » Une voix fluette qui s'immisce dans ta tête, des mains qui parcourent ton corps pour se loger sur tes joues rougies, sur ta machoire trop contractée. Tu ne réponds plus de rien, tes yeux commençant à se révulser malgré toi. Tu ne sens qu'un corps qui se tétanise un peu plus chaque seconde, ta respiration qui peine à se stabiliser, tu te sens comme ce soir-là ou t'as tout fait péter : impuissant, étouffant. Tu ne sais même plus qui t'appelle, t'as déjà oublié son nom, tu sais juste qu'elle est brune et assez bien gaulée, princesse des îles à la peau hâlée, les yeux revolver qui font chavirer. T'as presque envie de la plaindre, son altesse est tombée sur l'erreur 404 du système. Faut dire qu'elle est douée l'erreur pour trouver les failles, tu as un don pour charmer l'impossible. T'as cette facilité de langage qui te sauve la mise, cette grâce qui t'anime dès que tu ouvres la bouche, ton charisme que tu portes comme ton meilleur ami, tes mots teintés de séduction que tu laisses flâner dans l'air. Tranquillement, avec humour, auto-dérision, avec aisance. Grâce à ça tu as pu te creuser une petite place dans le gratin, tu as troqué les fils de du village pour les filles de de la jet-set, les pimpantes, les clinquantes, celles qui respirent la luxure, les belles de minuit, les trop riches, les superficielles, les scandaleuses, les mystérieuses, celles qui pensent être tout, perchées comme les reines de leurs châteaux en papier. Et quand tout s'écroule sous un coup de vent tu changes de cheval de courses, tu fuis la défaite pour te rabattre sur le tiercé gagnant. Tu trembles allongé sur le sol, elle te ronge ta crise, elle te fatigue depuis quinze minutes. Elle te malmène, te blesse. Tu as bien essayé de t'en tirer seul, le loup solitaire qui pense survivre sans meute, mais la seule chose qui te calme c'est quand tu serres ses mains, à l'inconnue, à l'effrayée à côté de toi. Tu serres ses mains douces, tu les compresses sans ménagement, tu fais sortir cette frustration et cette angoisse qui prend le dessus sur toi, tu reviens sur terre, tes yeux croisant les siens, ta respiration redevenant silencieuse. Vous restez dans ce silence de mort jusqu'à ce que tu le brises. « Pars. » Elle comprend pas, elle comprend rien, elle reste immobile laissant ses yeux crier son incompréhension. « Pourquoi ? » « Parce que. » Tu n'as aucune réponse à donner, si ce n'est celle que tu es effrayé par le fait qu'elle t'ait vu dans ton état de détresse. Tu te relèves pour t'asseoir, analysant son visage séraphique. « Pourquoi tu réagis comme ça ? » Sa voix te tranche comme une lame, la princesse ne peut être mise dehors, encore moins par un baroudeur dans ton genre. « Pourquoi tu fais comme si tu me connaissais alors qu'on s'est rencontré hier soir dans un bar hein? » Tu craches ta haine, tu te montres sur la défensive devant elle, tu t'imposes avant qu'elle ne le fasse. « Peut-être parce que j'ai envie de t'aider. » Elle a son doigt sur ton torse, celui qui t'annonce qu'elle n'est pas des celles qui se font marcher sur les pieds, femme de caractère qui ne perd pas la face devant toi. « J'ai pas besoin d'aide, ça va très bien. » Tu refuses magistralement la main tendue, t'as pas besoin d'aide, t'as besoin de personne, tu préfères te réparer seul avec des bouts de scotch, tu préfères te rafistoler sous sans les autres. Tu la regardes prendre ses affaires, tu subis ses regards accusateurs, et quand elle passe enfin la porte, elle frappe à son tour. « C'est pas en restant seul que tu vas résoudre tes problèmes. » touché, coulé.



Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité




Re: No broken hearts in the club.   
Dim 22 Mai - 0:16

toi tébo
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 10
MESSAGES : 1219
AGE : 24
CÉLÉBRITÉ : Nicolas Simoes (les cheveux longs, pas les cheveux en poil de cul svp!)
PSEUDO INTERNET : kindness. (jade)
FLORIDIEN DEPUIS LE : 21/05/2016
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★★★☆☆
RICHESSE
★★★☆☆☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★★☆☆☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★★☆☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆




caractère:
 

anecdotes:
 



FAMILY
ALWAYS & FOREVER
(SOLVEIG)
(MATZ)
(REESE)
(ENRIQUE)

LOVE
WAR OF HEART



(STEADRIS) Y'a pas les mots pour décrire l'indescriptible, y'a pas les autres pour expliquer, parce que les autres ils comprennent pas. Et puis y'a les sourires en coin, les opales qui parlent quand les mots sont sur les lèvres. Le coeur qui se serre, qui s'affole un peu trop, la folie qui prend aux tripes, la passion qui laisse qu'des cendres, y'a le désir, le manque atroce. Et puis y'a elle, et puis en fait, y'a qu'elle.

FRIENDS
ALONE TOGETHER
(THEA)
(ITAL) L'amitié rare, l'amitié pure, délirante sur les bords, complètement dénuée de rationalité. Votre relation elle est écorchée, peut-être à cause de toi. Sûrement à cause de toi. L'abandonner deux fois, pas foutu de la préserver. Alors tu la fauches, rayes le diamant qu'elle est. Connard.


HATE
MOTHERFUCKER

OTHERS
UNKNOWN
(ELSIE)


Spoiler:
 

avatar

like i would - SOC
like i would - SOC




Re: No broken hearts in the club.   
Dim 22 Mai - 0:21

Toi t'es bonne
I keep an eye on you


 

I'm findin' ways to articulate, the feeling I'm goin' through, I just can't say I don't love you. 'Cause I love you, yeah. It's hard for me to communicate the thoughts that I hold, but tonight I'm gon' let you know, baby let me tell the truth. Just know that I would die for you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité




Re: No broken hearts in the club.   
Dim 22 Mai - 0:22

Héhé, j'ai réglé ta fiche, tu peux écrire autant que tu veux
Bienvenue sur WOM, bon courage pour ta fiche, même si tu m'as l'air de l'avoir bien attaquée si tu as des questions, here we aaaaare
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 10
MESSAGES : 1219
AGE : 24
CÉLÉBRITÉ : Nicolas Simoes (les cheveux longs, pas les cheveux en poil de cul svp!)
PSEUDO INTERNET : kindness. (jade)
FLORIDIEN DEPUIS LE : 21/05/2016
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★★★☆☆
RICHESSE
★★★☆☆☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★★☆☆☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★★☆☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆




caractère:
 

anecdotes:
 



FAMILY
ALWAYS & FOREVER
(SOLVEIG)
(MATZ)
(REESE)
(ENRIQUE)

LOVE
WAR OF HEART



(STEADRIS) Y'a pas les mots pour décrire l'indescriptible, y'a pas les autres pour expliquer, parce que les autres ils comprennent pas. Et puis y'a les sourires en coin, les opales qui parlent quand les mots sont sur les lèvres. Le coeur qui se serre, qui s'affole un peu trop, la folie qui prend aux tripes, la passion qui laisse qu'des cendres, y'a le désir, le manque atroce. Et puis y'a elle, et puis en fait, y'a qu'elle.

FRIENDS
ALONE TOGETHER
(THEA)
(ITAL) L'amitié rare, l'amitié pure, délirante sur les bords, complètement dénuée de rationalité. Votre relation elle est écorchée, peut-être à cause de toi. Sûrement à cause de toi. L'abandonner deux fois, pas foutu de la préserver. Alors tu la fauches, rayes le diamant qu'elle est. Connard.


HATE
MOTHERFUCKER

OTHERS
UNKNOWN
(ELSIE)


Spoiler:
 

avatar

like i would - SOC
like i would - SOC




Re: No broken hearts in the club.   
Dim 22 Mai - 0:37

Hawn super merci beaucoup pour la fiche, j'étais déjà entrain de trafiquer pour la raccourcir

Merci bien, je ramène ma fraise si besoin


 

I'm findin' ways to articulate, the feeling I'm goin' through, I just can't say I don't love you. 'Cause I love you, yeah. It's hard for me to communicate the thoughts that I hold, but tonight I'm gon' let you know, baby let me tell the truth. Just know that I would die for you.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité




Re: No broken hearts in the club.   
Dim 22 Mai - 1:01

Bienvenue parmi nous beau gosse, bon courage pour ta fiche
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 0
MESSAGES : 926
AGE : 23
CÉLÉBRITÉ : Will Higginson.
PSEUDO INTERNET : ethereal nemesis. (alex)
FLORIDIEN DEPUIS LE : 24/04/2016
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★☆☆☆☆☆☆
ÉTUDES
★★★★☆☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★★★★★☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★★★☆☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★☆☆☆☆☆
CELEBRITE MUSICALE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆


23 ans ৩ bisexuel ৩ célibataire ৩ né à toulouse dans le sud-ouest de la france puis a déménagé à miami à 12 ans ৩ origines françaises ৩ a un frère jumeau (BAPTISTE-SAM) et une grande soeur (CLEA) ৩ riche riche ৩ a gardé un léger accent français quand il parle en anglais ৩ vit dans la villa familiale à Aventura ৩ fait des études de musicologie ৩ connard ৩ volage ৩ aime s'amuser ৩ aime faire du sport, peu importe le sport ৩ adore chanter, faire de la musique ৩ aime faire la fête, les excès ৩ fume, boit et peut se droguer ৩ ne veut pas s'attacher car n'a pas envie d'être blessé et de se dévoiler ৩ enchaine les relations ৩ n'a pas ou peu de morale ৩ n'a pas forcément de pitié ৩ manipulateur ৩ hautain ৩ imbu de lui-même ৩ charmeur ৩ séducteur ৩ sûr de lui ৩ snob ৩ dragueur ৩ fêtard ৩ ambitieux ৩ prêt à tout pour arriver à ce qu'il veut ৩ n'hésite pas à détruire peu importe la personne se mettant en travers de son chemin ৩ tactile ৩ joueur ৩ provocateur ৩ taquin ৩ fait ce qu'il a envie sans trop se préoccuper des autres ৩ préfère blesser avant d'être blessé ৩ franc ৩ protecteur de ses amis et surtout de son frère ৩ aime l'argent ৩ se veut libre (mais ne l'est pas) ৩ tout ceci n'est qu'une carapace au fond il est pas si pire (ou pas) ৩ il aime se mêler de ce qu'il ne le regarde pas ৩ il est en quelque sorte responsable de la mort d'un garçon, avec quatre amis (Eden, Cameron, Kassie, Kathleen) à lui, et n'a rien fait pour le sauver; il le regrette maintenant et se sent coupable ৩ il a un certificat d'adoption d'un panda qu'il va voir quelques fois par an en chine, c'est son petit plaisir coupable qu'il s'évite bien de dévoiler

caractère:
 


anecdotes:
 



i will never let you down
KASSIE-FAYE, meilleure amie fusionnelle. À nous regarder, on pourrait croire qu’on est réellement des frères et sœurs. Quasiment identiques sur le caractère, toi c’est moi, moi c’est toi. Toujours à faire les cons ensemble, à juger ou rigoler. On fait trembler Miami, et gare à ceux qui voudraient nous faire tomber. Tu es comme ma meilleure amie, la fille la plus importante à mes yeux. Kassie et Mathieu à la vie à la mort, je serai toujours là pour toi, tu peux compter sur moi. Je ne suis pas dans le genre des grandes déclarations, pourtant si tu savais comme je tenais à toi. On ne parlera jamais de notre faux pas avec Eden, Kathleen et Elias, secret enterré à tout jamais. #1


my family is my strength and my weakness.
BAPTISTE-SAM, frère jumeau. Tu es mon trésor, l’homme de ma vie. Je veille sur toi et te protège afin que personne ne salisse la magnifique personne que tu es. Tu es mon double, mon jumeau, ma vie ; je veux te protéger envers et contre tout, tu es le plus important pour moi. #1LAUREL, petite soeur. Nos relations ne sont pas au beau fixe. J’ai l’impression qu’une jalousie réciproque existe entre nous et rend les choses électriques entre nous deux. Trop de choses nous séparent pour qu’on soit fusionnels et que l’on puisse réellement s’entendre. Mais je n’oublie pas que tu restes ma sœur et que quoi qu’il arrive, je serai là pour toi.


just like fire



non-judging breakfast club
KATHLEEN, à définir. Depuis qu’on a fait boire ce garçon, avec Elias, Eden et Kassie, et qu’il en est mort sans qu’on ne fasse rien, un club s’est crée entre nous où on s’aide peu importe ce qui se passe. Je peux en quelque sorte compter sur toi. UC. ৩ ELIAS, j'étais ton parrain dans les Bêta, c'est comme ça que tu étais à la soirée où tout à dérapé. Depuis qu’on a fait boire ce garçon, avec Eden, Kathleen et Kassie, et qu’il en est mort sans qu’on ne fasse rien, un club s’est crée entre nous où on s’aide peu importe ce qui se passe. Je peux en quelque sorte compter sur toi même si une haine de façade existe entre nous pour cacher notre attirance existante depuis des années. ৩ EDEN, compliqué. Ce soir-là, après quelques verres, une rencontre terminée sous les draps. L'attirance physique prenant le dessus, la situation se répéta plusieurs fois. Puis il y a eu la soirée où tout a basculé, un mort sur la conscience. Tu as disparu sans prévenir, tu as fui. Tu réapparais un an après, mais tu es fragile, tu peux craquer à tout moment, je me méfie. Pourtant, le passé n'est pas totalement effacé.


at least, i got my friends (boys)


i love this feeling (girls)


nobody knows if we fake it
VALENTIN, amitié (pour le moment). Julia nous a présenté à une soirée mondaine, tout nous oppose, tu ne fais pas partie de mon monde. Pourtant tu m'as aidé lors d'un incendie à cette même soirée, me sentant alors reconnaissant une amitié est née, au-dessus de nos différences. Je n'ai pas vu ton rapprochement avec Kassie, mais cette fois, je ne passerai pas au-dessus. Tu la changes, tu nous changes, et je vais arrêter ça. ৩


if i was you, i wanna be me too


i want you to know that it’s our time
JUILLET 2016 : where are you know, bourgeais twins #1 (ec)
AOÛT 2016 : so bad i'm gonna scream, kassieu #1 (ec)

avatar

all through my home
all through my home




Re: No broken hearts in the club.   
Dim 22 Mai - 1:13

NO BROKEN HEARTS IN THE CLUB, HEARTS IN THE CLUB.
J'ai BEAUCOUP entendu parler de toi, et je pense qu'on va devoir avoir un lien que ça soit par rapport avec Kassie ou avec Casey. Après si toutefois il se lasse des courbes féminines, Mathieu peut lui faire découvrir autre chose. (me tape pas Cat', keur keur )

En tout cas, merci de t'être inscrite, et bienvenuuuuuuue sur WOM.
N'hésite pas si tu as des questions. (Nicolaaaaas )


I WAS HERE. I LIVED, I LOVED ৩
I wanna leave my footprints on the sands of time. Know there was something that meant something that I left behind when I leave this world. I'll leave no regrets. Leave something to remember, so they won't forget: I was here.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité




Re: No broken hearts in the club.   
Dim 22 Mai - 1:59

Le frère de ma bff. Nous faudra un lien.
Je suis liée aussi à Julia en plus.
Nicolas est un super choix.
WELCOME.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Invité

Invité




Re: No broken hearts in the club.   
Dim 22 Mai - 2:09

ON ENTEND TOUT LE TEMPS PARLER DE TOI.
Ce fameux Valentin.
Bienvenue sur WOM, ta nouvelle maison.
Revenir en haut Aller en bas
 

 No broken hearts in the club.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» broken hearts and twisted minds. (sandy)
» Hanael ▬ i'll compensate your greed with broken hearts
» Humans are fragile creatures made up of broken hearts and broken promises → Ewen
» Club de medecine
» Club de Shogi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: LET'S GET IT STARTED :: talkin' about you :: welcome to miami-
Sauter vers: