AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

WOM FETE SES UN AN !

Merci d'être avec nous depuis tant de temps, on vous aime


Une intrigue pleine d'actions est en cours !

Venez vous aussi au FESTIVAL DE MIAMI

Le nouveau classement a été mis en ligne !

A vos rps pour vous aussi être dans les premiers du classement



 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 22
MESSAGES : 477
AGE : 24
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski.
PSEUDO INTERNET : halcyon.
FLORIDIEN DEPUIS LE : 05/07/2016
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
MÉTIER
★☆☆☆☆☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★★☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★☆☆☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
CARRIÈRE MUSICALE
★★★★☆☆☆☆☆☆

Caractère:
 


Infos en Vrac:
 



Two Zola is better than One | Noden

Eden |


Bromance | Noway

Wayde |


Broken Doll | Milan

Mila |


Little Princess | Nolys

Aelys |


Shape of you | Those girls

Wendy | uc... Reese | uc... Thea | uc... Athéna | uc...


Ten Feet Tall | Those boys

Loup | uc... Clyde | uc... Pierce | uc... Alec | uc...
avatar

it goes electric - NB
it goes electric - NB




Alone together :: Noléna   
Jeu 4 Mai - 15:59


Alone Together
Noléna


Courir. Courir à en perdre souffle. Sans destination aucune que d’échapper au destin. Te sortir de l’impasse parce que tu as été insouciant. Encore. Toujours. À faire tes affaires sans penser aux conséquences, sans regarder derrière. À se croire trop puissant, intouchable. Tête trop haute qu’il ne voit plus ce qu’il se passe en bas. À fermer les yeux sur les détails. Ceux qui coûtent cher. Ceux qui pourraient tout foutre en l’air. Les détails pour ta liberté. Les ruelles sombres qui sont un peu trop éclairées. Les clients un peu trop bruyants, pas assez de confiance pour se la fermer. À ne plus être prudent, juste trop confiant. Deals que tu fais en plein jour, dans les quartiers un peu plus fréquentés. Ne plus regarder derrière à savoir si on te suivait. Juste agir. Agir pour toucher le blé. Agir pour vivre plus rapidement qu’il ne le faudrait. À toujours jouer avec le feu sans penser que tu pourrais te brûler. Alors qu’aujourd’hui, tu sens la chaleur des flammes près de toi. Tu les vois danser tout autour de toi. À t’asphyxier par leur fumée noire. Courir parce qu’on t’a surpris en plein deal. Habits officiels, badge brillant sur l’épaule représentant la loi qui se démène derrière toi. Liberté que tu vois filer entre tes doigts. Pas prêt à la lâcher, cette liberté. Ton bien le plus précieux dans ce bas monde. À la malmener, la première chose que tu paris. À bluffer pour t’échapper. Toujours réussir à te sauver au dernier instant. À courir dans les rues, sans jamais apprendre de tes erreurs. À faire tous les tournants possibles pour arriver à tes fins. À semer les policiers. Emprunter des ruelles où il n’y jamais aucun passant. Miami devenue comme ta maison et en connaître chaque recoin. Cette petite rue que tu prends, à la dernière seconde, à te faire disparaitre entre les gens. À voir ce  panneau, disquaire que tu ne connais pas et y entrer, porte que tu fermes derrière toi. Clochette qui annonce ton arrivée que tu voudrais faire taire. Ton dos contre la porte, le souffle qui peine à se rendre à tes poumons et ton torse qui se gonfle dans de grands mouvements. Les opales qui se cachent derrière les paupières et te croire en sécurité. Sourire qui pointe sur les lèvres et presque rire de cette situation. Shoot d’adrénaline qui pulse dans les veines et aimer l’effet. Dopé aux sensations fortes et ça t’amuse presque. Qu’un simple regard vers l’extérieur pour t’assurer qu’on ne t’a pas vu. À devoir attendre un peu, par prudence. Ton regard qui parcoure la pièce. Déambule entre les cartons emplis d’albums. Des vinyles qui accumulent sûrement la poussière depuis un temps. À te promener entre eux. Les toucher, les frôler du bout des doigts. Toujours seul dans la pièce. Le temps de te perdre parmi les artistes d’antan. Mélomane qui s’entiche des vieilleries. Collection dans ton appartement qui trônent avec fierté. Se perd, Nolan. Oublie la course, oublie la police. Que la musique qui attire ton attention. À ne plus voir ce qui se trouve autour. À ne pas voir la pile de cartons au sol. Tes pieds qui s'emmêlent entre eux, les font tomber dans un bruit sourd. Les disques qui s'étalent d'un coup.  « Merde, putain. » À tenter de ramasser alors que tu entends des pas au loin.


wicked games.
Bring your love baby I could bring my shame. Bring the drugs baby I could bring my pain. Bring your body baby I could bring you fame. And that's my motherfucking words too. Just let me motherfucking love you › © alaska.  



Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://wavesofmiami.forumactif.org/t4627-athena-m-euston-dans-l-
GOLDEN PIECES : 3
MESSAGES : 186
AGE : 19
CÉLÉBRITÉ : la belle Taylor Marie Hill.
PSEUDO INTERNET : Hmtbn.
FLORIDIEN DEPUIS LE : 26/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★☆☆☆☆
MÉTIER
★★★★★☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★☆☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★☆☆☆☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★☆☆☆☆☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆
DANSE
★★★★★★★★☆☆



ClydeIsaiahJulietNolan



Euston family - When the sadness leaves you broken in your bed. I will hold you in the depths of your despair.



Can see we are the shade, the fire and rain. True work of art is not a thing we change.



Noléna - Inside my heart is breaking. My make-up may be flaking but my smile still stays on.



Never in my life whould I ever set out to be an example for people on how to live their.

avatar

like i would - SOC
like i would - SOC




Re: Alone together :: Noléna   
Jeu 4 Mai - 21:14

Alone together
Noléna

Soleil qui commence doucement sa chute à l'ouest. A prendre congés doucement aujourd'hui alors que les malheureux travaillent encore. Commande que tu portes de tes bras jusqu'à l'arrière boutique, personne à l'horizon à l'heure tardive. Journée tranquille, presque ennuyante à chercher quelques divertissements pour passer le temps. Classer encore et encore, se cultiver de sons qu'on t'a conseillé, à t'improviser danseuse dans l'ombre de la boutique, à n'attendre plus que l'heure fatidique pour fermer. Dernière heure, la plus longue de toute à compter les minutes mais à trouver bien plus intéressant le fait de te préparer du café tout en lisant la dernière actualité sur The Weeknd. Porte d'entrée qui s'ouvre, sonnette qui résonne pour t'avertir de l'entrée d'un client. A le maudire lui de venir si tard mais de se dire qu'il sera le dernier. Poser tout ce que tu es en train de faire pour prononcer la même phrase répétée sans cesse. Le café qui te brûle la lèvre alors que tu prends ta dose d'énergie. Juron que tu lances, suivis de l'entente de nouveau juron dans l'enceinte du magasin. T'avances le pas, à presque courir jusqu'au carton au sol fraichement renversé. Ne pas penser au fait que tu devais le ranger de nouveau mais à penser au service client que tu rates, que tu bâcles. "Bonsoir, vous pouvez laisser. Je m'en occupe. Sincèrement désolée." Excuse à prononcer d'un gout amer, que tu détestes dire et qui devrait venir du sens inverse. Celui qui a renversé qui devrait s'excuser, pas celle qui ramasse. Tes yeux qui croisent finalement les siens. Yeux que tu pourrais reconnaitre entre tous, ces deux iris qui ne ressemblent qu'à ceux dans lesquels tu t'es trop noyée dans le passé. Le revoir lui, sa carrure, sa voix, ses gestes. A crier ton prénom, à sourire de satisfaction quand tu grimaces de douleur face à la brûlure sur tes mains. Marquée à jamais. Avoir peur, sentiment que tu détestes. Tu lâches le vinyle peut-être un peu trop fort dans le carton. Tes gestes qui ne sont plus tiens, à te protéger du mieux que tu peux. "Vous..vous avez besoin d'un renseignement ?" Vouvoiement que tu t'obliges alors que t'aimerais lui hurler de partir. Vouvoiement de respect face à la copie de celui qui n'en aura plus de ta part.  A trouver cette dernière heure bien trop longue, interminable.  
made by black arrow



I will survive

It took all the strength I had not to fall apart. Kept tryin' hard to mend the pieces of my broken heart.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 22
MESSAGES : 477
AGE : 24
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski.
PSEUDO INTERNET : halcyon.
FLORIDIEN DEPUIS LE : 05/07/2016
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
MÉTIER
★☆☆☆☆☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★★☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★☆☆☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
CARRIÈRE MUSICALE
★★★★☆☆☆☆☆☆

Caractère:
 


Infos en Vrac:
 



Two Zola is better than One | Noden

Eden |


Bromance | Noway

Wayde |


Broken Doll | Milan

Mila |


Little Princess | Nolys

Aelys |


Shape of you | Those girls

Wendy | uc... Reese | uc... Thea | uc... Athéna | uc...


Ten Feet Tall | Those boys

Loup | uc... Clyde | uc... Pierce | uc... Alec | uc...
avatar

it goes electric - NB
it goes electric - NB




Re: Alone together :: Noléna   
Mar 16 Mai - 14:56


Alone Together
Noléna


Savoir que tu les as semé. Savoir que là, dans ce minuscule disquaire, tu ne risques plus rien. Rien pour compromettre ta liberté. Rien pour mettre les chaînes à tes pieds. Et tu es plutôt bien tombé. Caverne d’Alibaba, boîte de Pandore qui enferme quelques merveilles sur lesquelles tu jettes un oeil. Parce qu’il y a que la musique qui t’anime autant. Une des dernières choses qui touche encore ton humanité. Pour laquelle tu arrêtes un instant tes conneries et que tu te laisses aller à sourire. Sans arrogance, sans fierté. Les opales qui jonglent entre les pochettes de vinyles. Les images qui défilent sans que tu ne portes attention à rien d’autre. Pas même à l’environnement qui t’entoure. Cartons que tu bouscules, que tu renverses dans un bruit qui se veut trop sourd. Qu’une voix cristalline pour attirer ton attention, la tête qui se relève vers la provenance de cette voix. Et savoir. Savoir que tu la connais, que tu l’as déjà vu. Des traits qui te sont familiers alors que les souvenirs le sont moins. Un peu trop de chevelures ébènes qui volent dans ton périmètre. Et des blondes et des rousses. À ne plus faire la différence, et pourtant. Pourtant savoir que ce n’est pas une de tes conquêtes, mais incapable de dire où tu l’as vu. La mémoire qui se fout de toi et de tes méninges trop usées par les substances. À chercher, à fouille dans les méandres de tes souvenirs. À la fixer plus que nécessaire, les tressaillements dans sa voix qui ne sont pas nouveaux. À la laisser faire, à la regarder ranger ce que tu as fait tomber. Seulement un pas que tu fais par derrière pour lui laisser la place. Sans la quitter des yeux et déceler la hâte dans ses gestes, ses nerfs qui parlent pour elle. Et ça t’aurait plu, d’habitude. T’aurait adoré provoquer cette réaction sur n’importe qui. Qu’un regard et l’autre qui se sent petit. Bon pour ton ego démesuré. Bon pour tes fierté masculine inébranlable. Là, tu es seulement intrigué. Intrigué parce que n’est pas la première fois, alors que tu ne la connais pas cette fille. Fin sourire qui revient sur tes lèvres. Alors que tu secoues légèrement la tête, contenance que tu reprends. « Je… Non, en fait, non ! Je ne fais que regarder. » Tes iris qui se posent sur les cartons de vinyles. Le sourire qui s’agrandit encore un. L’arrogance qui revient au galop. « Tu pourrais me conseiller, non ? J’aimerais bien quelque chose de nouveau, pas ce qu’on conseille toujours. Toi, t’aimes quoi ? » Le sourire qui reste intact attendant sa réaction. Peut-être. Peut-être qu’au final, ça t’amuse.


wicked games.
Bring your love baby I could bring my shame. Bring the drugs baby I could bring my pain. Bring your body baby I could bring you fame. And that's my motherfucking words too. Just let me motherfucking love you › © alaska.  



Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur http://wavesofmiami.forumactif.org/t4627-athena-m-euston-dans-l-
GOLDEN PIECES : 3
MESSAGES : 186
AGE : 19
CÉLÉBRITÉ : la belle Taylor Marie Hill.
PSEUDO INTERNET : Hmtbn.
FLORIDIEN DEPUIS LE : 26/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★☆☆☆☆
MÉTIER
★★★★★☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★☆☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★☆☆☆☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★☆☆☆☆☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆
DANSE
★★★★★★★★☆☆



ClydeIsaiahJulietNolan



Euston family - When the sadness leaves you broken in your bed. I will hold you in the depths of your despair.



Can see we are the shade, the fire and rain. True work of art is not a thing we change.



Noléna - Inside my heart is breaking. My make-up may be flaking but my smile still stays on.



Never in my life whould I ever set out to be an example for people on how to live their.

avatar

like i would - SOC
like i would - SOC




Re: Alone together :: Noléna   
Ven 26 Mai - 23:17

Alone together
Noléna

La dernière phrase clot l'article plus qu'ennuyant. Du temps de perdu pour faire avancer l'aiguille, à t'impatienter sur ta chaise quand on vient te déranger. Quand on vient détruire l'hameaux de silence dans lequel tu te trouvais. Tout aussi bon que la musique douce le silence, bien plus fort que tout ce que tu peux entendre. Le néant. Ca te permet de te concentrer ou de vaguer dans des lieux inconnus dont seul ton esprit à le souvenir. Puis y a ces mots qui résonnent. Des jurons de chaque côté comme s'il était commun d'en dire, comme s'ils étaient courants. Peut-être un peu trop dans ta bouche mais ils ne devraient pas l'être ici. Le seul revenu qui pourrait te faire fuir ce quartier que tu ne peux plus supporter, ce taudis qui te tarde de quitter. L'argent qui doit couler à flot mois après mois, l'argent propre qui n'est plus que celui que tu utilises. Interdit de revenir en arrière, interdit de refaire des choses illégales. Une vie ne valant pas un salaire, une vie valant bien plus que tout. Ta vie qu'on a éprouvé durant des années, qui le sera ce soir quand tu le reconnais. Entre mille, ce garçon que tu as fuis un soir. Ce garçon que tu fuiras encore demain, mais que tu ne peux pas fuir ce soir. Il est là, au dessus de toi alors que tu t'abaisses à ses pieds pour réparer sa faute. Comme jadis avec celui que tu aimais, à rattraper ses bêtises, à en payer le prix fort si tu échouais. Tes muscles se crispent, tes gestes ne suivent plus que le déroulement illogique de ton cerveau. Tes gestes maladroits, comme tes paroles qui peinent à sortir. Qui ne devraient pas sortir, car tu ne veux aucune réponse, tu ne veux pas l'entendre. La vision de cet être étant déjà bien trop dur pour en supporter d'avantage. Sa voix qui percute à ton tympan, tes yeux qui se baissent quand tu comprends qu'il n'a pas besoin de toi. Tu te redresses, attrapant le carton pour le remettre à sa place initiale là où il n'aurait pas du bouger si le perturbateur n'était pas venu. Puis son sourire, ses mots qui résonnent comme un coup de batterie bien trop fort qui ferait saigner tes oreilles. Il le fait exprès te répète ton cerveau. Il se fait un malin plaisir de te voir ainsi, comme lui. Il ne manquerait qu'une brûlure pour te faire crouler, il ne manquerait plus qu'un coup sur ton corps pour retrouver le démon personnifié que tu as quitté. "J'aime le class..les classiques." Tes mots qui étaient prêt à te tromper, qui étaient prêt à te trahir.  Et y a ce rire qui revient, ce rire et les moqueries quand il saisit ton écouteur pour combler sa curiosité sur ce que tu écoutes. Beethoven qui comble tes mots bien plus facilement que le rock, mais difficile à croire pour celui qui se voile la face. Difficile à croire pour celui qui aimerait te changer, pour t'aimer un peu plus selon ce qu'il disait. Naïve la petite. "On a reçu les nouveaux vinyles, je vais vous les chercher." Tu fuis, encore. Tu te laisses une pause, t'as besoin de te retrouver, de taper du poing contre cette table. Le bruit qui résonne dans le fond du magasin, puis le café qui tombe encore chaud sur ton pantalon. Le feu qui t'emporte. Préférant avoir mal à la peau qu'au coeur. Tes mains qui tremblent, les larmes qui aimeraient couler mais qui ne sortent pas par fierté. T'as mal, t'as peur. Tu paniques, seule dans ce fond de boutique où il t'attend de l'autre côté du comptoir. Tu te sens faible, prête à t'avachir sur ce sol car tu n'es plus maitre de toi-même. Le contrôle que t'as perdu. 
made by black arrow



I will survive

It took all the strength I had not to fall apart. Kept tryin' hard to mend the pieces of my broken heart.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 22
MESSAGES : 477
AGE : 24
CÉLÉBRITÉ : Francisco Lachowski.
PSEUDO INTERNET : halcyon.
FLORIDIEN DEPUIS LE : 05/07/2016
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
MÉTIER
★☆☆☆☆☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★★☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★☆☆☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
CARRIÈRE MUSICALE
★★★★☆☆☆☆☆☆

Caractère:
 


Infos en Vrac:
 



Two Zola is better than One | Noden

Eden |


Bromance | Noway

Wayde |


Broken Doll | Milan

Mila |


Little Princess | Nolys

Aelys |


Shape of you | Those girls

Wendy | uc... Reese | uc... Thea | uc... Athéna | uc...


Ten Feet Tall | Those boys

Loup | uc... Clyde | uc... Pierce | uc... Alec | uc...
avatar

it goes electric - NB
it goes electric - NB




Re: Alone together :: Noléna   
Sam 10 Juin - 2:54


Alone Together
Noléna


Et tu ne sais pas ce que tu fais encore là. Tu ne sais pas pourquoi tu restes, pourquoi tu cherches. Amour inconditionnel pour la musique, peut-être. Parce que tu sais que tu n’achèteras pas. Tu sais qu’à la limite, tu voleras un truc ou deux, si tu tombes sur une trouvaille exceptionnelle. Les vieux vinyles qui s’entassent et prennent poussière. Identiques à ceux qui emplissent ton appartement, identiques à ceux que tu as écouté des milliers de fois auparavant. Jamais t’en lasser, jamais arrêter. Tes seuls moments paix dans ton univers et tes pensées tourmentés. Quand les notes résonnent dans ta tête et se percutent contre les murs. T’as pas besoin de nouveaux trucs, t’as pas besoin de regarder ou chercher. Si tu restes, c’est parce qu’elle est là, devant toi. À se confondre en excuses quand c’est toi qui a foutu le bordel. Tu restes parce qu’elle t’intrigue par son attitude craintive. Des centaines de personnes qui pourraient être à sa place, des gens à qui tu as fait du mal qui auraient raison de t’en vouloir, de chercher à t’éviter. Et pourtant, pas elle. Elle, que tu n’as croisé quelques fois. Les regards qui s’accrochent et se délaissent. Un choc et ils disparaissent. À vouloir comprendre pourquoi sa voix tremble, à chercher les raisons de ses tourments. Et tu t’approches, alors. Tu réduis la distance. Tu lui demandes de te servir comme n’importe quel client. Les classiques, qu’elle dit. Les classiques, que tu apprécies. Le sourire qui ne démord pas, reste en place. S’accroche sur ton visage pour plus d’audace. Le vous qui ne fait que l’agrandir. Professionnalisme presque déplacé dans votre situation. Même pas le temps de parler, qu’elle disparait. À élever la voix pour qu’elle t’entende même de l’arrière. « Non, en fait… J’ai pas besoin de voir les nouveautés, ou quoi que ce soit d’ailleurs. » À vouloir la faire revenir pour observer chacune de ses réactions en ta présence. Plus égocentrique encore, plus malsain encore. Et elle ne revient pas. N’apparait pas devant toi. Alors tu bouges, tu oses. Tu traverses la ligne interdite pour la clientèle. Tu franchis la frontière sans scrupule ni remord. Tu n’entends que le bruit qui te fait douter de ce qu’elle fait. La voir, penchée sur cette table. Elle de dos, alors qu’elle ne te voit pas. « Besoin d’aide ? » Seule question qui franchit les lèvres. Le sourire un peu moins flamboyant. Toujours la réplique pour te faire passer pour ce con. Con que tu es, probablement. Tu n’es pas la meilleure personne pour mettre à l’aise. Tu n’es pas une bonne personne, en tout point. Chercher les mots alors qu’il n’a rien à dire. Que ta question laissée en suspens, alors que tu t’approches. À déposer ta main sur son épaule. Voir par-dessus sa tête la boisson chaude qui s’étale sur la table. À te demander si tu es la précurseur de l’incident. Présence qui la dérange que tu as remarqué. « Oh bah je parlais pour les vinyles mais je crois que tu as besoin d’aide pour autre chose. Faut pas ce mettre dans cet état pour un café, y’a pire. J’aurais pu voler la caisse, pendant que tu n’étais pas là. » Humour pourri, pas si loin de la vérité. Que toi pour rire. À chaque fois.


wicked games.
Bring your love baby I could bring my shame. Bring the drugs baby I could bring my pain. Bring your body baby I could bring you fame. And that's my motherfucking words too. Just let me motherfucking love you › © alaska.  



Awards:
 
Revenir en haut Aller en bas
 

 Alone together :: Noléna

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» picture perfect memories - nolà
» Your worst battle is between what you know and what you feel ▬ Nolà&Lulla
» Le siège de Saint Guénolé
» (m/pris) ROBBIE WADGE
» Nolàn ■ Je t'aime, je t'adore, je n'ai d'autre pensée que … tiens ! Une manette de playstation ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MIAMI A MILLION LITTLE FACES :: South Miami :: Pinecrest-
Sauter vers: