AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

WOM FETE SES UN AN !

Merci d'être avec nous depuis tant de temps, on vous aime


Une intrigue pleine d'actions est en cours !

Venez vous aussi au FESTIVAL DE MIAMI

Le nouveau classement a été mis en ligne !

A vos rps pour vous aussi être dans les premiers du classement



 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 4
MESSAGES : 575
AGE : 31
CÉLÉBRITÉ : Tom Ellis
PSEUDO INTERNET : Parménion
FLORIDIEN DEPUIS LE : 30/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★★☆☆
MÉTIER
★★★★★★★★★☆
RICHESSE
★★★★★★★★☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★★★★☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆
RÉUSSITE PERSONNELLE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆

avatar

top of the world - GF
top of the world - GF




Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.   
Jeu 4 Mai - 23:53

Stop thinking. Start drinking.


Vendredi 5 Mai 2017, 21 heure.





Cravate noire ou cravate noire foncée ? J'hésitais. Je baissai la tête devant mon miroir. Je n'aimais pas les préparations avant les soirées. C'était assez facilement prise de tête. C'était dans ces moments où j'enviais Parker. Elle ne se prenait pas la tête. Chaque fois que je l'imaginais se préparer, je la voyais presque en train de prendre une tenue en fermant les yeux dans son placard ou alors faire un choix du premier coup. Elle se fichait pas mal de ce qu'on pouvait penser d'elle. Du moins c'était toujours ce que j'avais cru. Alors que moi j'étais incapable de me décider sur la cravate. A bien à y regarder, aucune des deux ne me convenait. Je préférais ne pas en mettre. J'avais ma chemise noire, avec mon pantalon noir et ma veste noire. Mes chaussures étaient noires, comme mes chaussettes et même mon caleçon l'était. Oui, le noir était ma couleur préférée. Étrange non ? Bref, j'abandonnais l'idée de la cravate. On était vendredi soir et j'avais envie de sortir m'amuser, boire un coup et tirer un coup. Enfin... Peut-être pas pour le dernier, vu que je ne serais pas seul. Néanmoins, boire et m'amuser j'en avais besoin. Je sortais d'une semaine de cours difficile. J'avais les premières années et ils étaient sans aucun doute les pires classes possibles. Ils n'écoutaient pas toujours, ne comprenaient rien à rien... Vivement la seconde année que la sélection soit faite... Oui j'étais élitiste et quelque peu suffisant sur les bords. Mais je voulais ce qu'il y avait de mieux pour mes étudiants. Je ne voulais pas un cours simplifié pour que tout le monde comprenne. Je voulais qu'ils évoluent, qu'ils deviennent des pointures et que rien ne puisse les surprendre. Alors oui, j'étais un professeur exigeant qui n'hésitait pas à mettre des bulles. Pourtant, à la fin des études, ceux qui étaient diplômés étaient vraiment compétents et s'en sortaient mieux que la moyenne.   C'était tout ce que je voulais pour eux. Je ne leur demandais pas de m'aimer, ni même de me respecter. Je leur demandais de travailler. Après... Si une étudiante était jolie, agréable et avait un décolleté avec lequel je pouvais voir le centre de la Terre, cela ne gâchait pas le plaisir d'enseigner, au contraire. Même quand il s'agissait de faire des heures supplémentaires dans le bureau... En revanche, cela influençait rarement la note... Cela ne l'influençait même jamais. Elles étaient peut-être ouvertes des cuisses, mais j'étais assez fermé d'esprit quant à ma notation.  

Bref, ce n'était pas le moment de penser aux cours. J'avais rendez-vous avec Parker au bar le plus proche de chez moi. Du coup, pour tirer mon coup c'était un peu compromis. Parker était certes très belle, mais je ne la pensais pas intéressée. Et puis, je me voyais mal aller draguer une autre femme alors que j'étais avec une de mes amies les plus proches. Elle ne se gênerait sans doute pas. En même temps je la voyais mal faire autre chose que ce qu'elle voulait. Mais bon, nous étions différents elle et moi. J'étais quelqu'un de très sérieux, malgré ma légèreté. Enfin sérieux... J'avais quand même couché avec une étudiante dans mon bureau avec les fenêtres ouvertes, car elle aimait l'exhibition... Mais en dehors de ma dépendance à ce sujet, j'étais quelqu'un de sérieux. Bref, là n'était pas la question. J'avais besoin d'oublier cette semaine atroce, sans penser à Juliet. Surtout sans penser à Juliet. Je remontais lentement la pente, mais j'avais encore mal au plus profond de moi. Quelque chose restait brisé en moi. Je ne savais pas ce que c'était. Ma confiance en moi. Ma capacité à aimer quelqu'un. Ou même ma capacité à me donner un futur... Je ne savais pas et je ne voulais pas le savoir. Ce que je voulais c'était boire. Boire jusqu'à oublier. Boire jusqu'à ne plus savoir quoi faire.  

Je m'étais donc rendu dans le bar en question. Parker n'était pas encore là, mais elle devait arriver. Je ne m'en faisais pas pour elle. Elle n'était pas toujours ponctuelle. Alors que moi, j'étais réglé comme une horloge. Je m'installai dans un coin visible pour que Parker puisse me retrouver facilement si elle le voulait. Après tout, je ne l'avais jamais obligé à faire quoi que ce soit. Je n'avais même pas essayé de le faire. C'était dire... Elle m'avait dit qu'elle voulait qu'on puisse se voir ce vendredi. Je lui avais dit que cela me convenait et que si elle voulait on pouvait se retrouver dans ce bar. Depuis plus de réponse. Cela devait être un oui. Ou peut-être son portable n'avait-il eu plus de batterie. Après tout, cela importait peu. Si elle venait ce serait une soirée excellente. Si elle ne venait pas ce serait une soirée pathétique. Les deux me convenaient. Si ma vie avait été un bateau à voile, Parker aurait été le vent. Il ne fallait jamais forcer le vent à aller dans le sens des voiles. Sinon, souvent, il allait en sens contraire et le bateau reculait. Oui... La comparaison était correcte. Bref, je n'avais pas vraiment de temps à perdre. Je ne voulais pas réfléchir trop longtemps. Elle avait l'habitude que je commence un peu avant elle. Et comme je tenais malheureusement trop bien l'alcool... Cela ne gâchait pas souvent la soirée. « Un shot s'il vous plaît. » demandais-je avec un sourire de coin. Le même sourire qui énervait bon nombre de mes amis.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 427
MESSAGES : 1254
AGE : 25
CÉLÉBRITÉ : Mimi Elashiry
PSEUDO INTERNET : Mils
FLORIDIEN DEPUIS LE : 10/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★☆☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★★☆☆☆
MÉTIER
★★★☆☆☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★★☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★★★☆☆
PATIENCE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆


HISTOIRE

Née en Autriche le 17 mai 1992 -a la double nationalité Autrichienne et Américaine - a toujours été une vrai casse cou - aime le sport depuis petite, encouragée par son père soldat - a une passion pour le risque - tien à sa liberté plus que tout autre chose - a un tempérament impulsif - déteste l'inactivité et rester enfermée - a eut un casier très tôt d'abord pour du vandalisme - est toujours en vadrouille quelque part - ne décroche jamais ou presque son téléphone et n'écoute jamais son répondeur - A quitté l'Autriche à ses 15 ans pour suivre son meilleur ami- Surf tout les jours depuis son arrivée en Floride - Est incapable de garder un job ou un petit ami car elle juge les deux trop contraignants - n'a jamais eu d'histoire sérieuse - N'accorde aucune importance à ce que les gens peuvent penser d'elle - Ne se prive de rien et fais tout ce qui lui passe par la tête - A été en prison avec son meilleur ami lorsqu'ils se sont fait arrêter après le vol d'une voiture, c'est la pire période de sa vie, bien que son meilleur ami Alec ce soit accusé à sa place elle a passé les 7 plus longs mois de sa vie derrière les barreaux et n'aurait surement pas supporté la captivité si Alec n'avait pas été avec elle .

CARACTERE

Sportive - Libre - Plutôt extravertie - Ne prend rien très au sérieux - fêtarde - rebelle - accro à l'adrénaline - entière - impulsive - aventurière - impatiente - pétillante - têtue - insatiable - allergique au contrainte - infatigable - malicieuse

LIENS

ALEC, meilleur ami.
Whenever this world is cruel to me
I got you to help me forgive
When things turn out bad
You know I'll never be lonely


ALYSSA, meilleure amie.
You can count on me like 1, 2, 3
I'll be there
And I know when I need it
I can count on you like 4, 3, 2
You'll be there


KALLEN, ami proche
On the road again
I just can't wait to get on the road again
The life i love is makin' music with my friends
And i can't wait to get on the road again


BLAI, ami proche.

So no one told you life was gonna be this way
It's like you're always stuck in second gear,
When it hasn't been your day, your week, your month or even your year, but
I'll be there for you, 'cause you're there for me too


JULES, amie proche

For one so small
You seem so strong
No matter what they say
You'll be here in my heart


৩ ৩ ৩ ৩ ৩
Clyde T. Boone Depuis une rencontre hasardeuse chez le tatoueur, une amitié un peu particulière lie les ces deux là. S'ils s'entendent parfaitement, leurs indifférence pour la bienséance et leurs mépris des règles prennent une autre dimension lorsqu'ils se retrouvent. Alors afin de limiter les dégâts, ils ne cherchent pas à se contacter mais attendent plutôt de se rencontrer au détour d'une rue, ou accoudé à un comptoir quelconque. Matthew Evans Ces deux là auraient pu penser qu'ils n'avaient que leurs cours de journalisme en commun. Mais ils ont plus, ils ont Alyssa et cette place importante qu'elle occupe dans leurs vies respectives. Outre Alyssa, ils aiment tous les deux le sport, alors vous trouverez Parker sur les gradins pour chaque match de l'équipe de Matthew pour l'encourager. Pancarte, cris, commentaires, une vraie fan S. Pierce Vaughn rencontré par le biais de leur meilleur ami en commun Alec, ils passent depuis de bon moment ensemble, que ce soit en soirée, ou non. Ils partagent une sorte d'hyperactivité qui doit être éprouvante à supporter lorsqu'ils sont ensemble. Ils expriment leur affection d'une manière bien particulière, puisqu'ils prennent tous deux un malin plaisir à se faire des petites crasses, ce qui les amusent beaucoup. Laurel R. Bourgeais Rencontrée au lycée, les filles ont fait connaissance par le biais de Alec, avec qui Laurel avait sympathisée. Elles se sont tout de suite bien entendu, ce qui était une chance puisque l'une comme l'autre était toujours fourée avec Alec. Lorsque les choses se sont tendues entre Alec et Laurel,  Parker était bien entendu au courant, étant ce qu'elle ait elle n'avait pas passé des heures à discuter avec l'un ou l'autre sentiment, elle n'avait pas donné de conseils, pour être honnête la plupart du temps elle ignorait le sujet.. Puis Laurel avait perdu son frère, et son comportement avait changé, se rapprochant de celui de Parker qui était présente à sa façon,elle était l'amie avec qui ont se changer les idées. Les filles s'étaient rapprochées, traînant ensemble dans toutes sortes de soirées. Et lorsque l'une ou l'autre avait besoin de faire une pause, de se retrouver, elles allaient à la plage, planche sous le bras et pouvait passer des heures et des heures à surfer. Aelys I. Tollererg c'est la cousine d'Alec, et il l'adore, alors bien évidemment les deux jeunes femmes ont été amenées à se rencontrer à plusieurs reprises. Mais finalement elle ne se connaisse pas encore très bien toutes les deux, elles sont toujours en groupe quand elles se croisent et non jamais réellement parlé. Lucy I. Woodburn les deux jeunes femmes n'ont fait que se croiser jusqu'à maintenant, mais pour une raison ou pour une autre la présence de l'une irrite l'autre et inversement. Juliet E. WindsorParker a rencontré Juliet par le biais de Blai, les deux étudiante s'étaient rapidement bien entendu, Parker aimait la complexité de la personnalité de la jolie blonde, elles partageaient leur goût de l'aventure, une curiosité pour le monde qui les entourent, et quand elles avaient une idée en tête ce n'était pas la peine d'essayer de discuter. Mais Juliet était tombé enceinte et elle était sortie de la vie de Blai du jour au lendemain. Parker n'était pas le genre de personne qu'on venait trouver pour discuter sérieusement, mais sans qu'il lui en parle elle avait constaté les répercussions sur la vie de son ami, et elle n'avait pas pût s'empêcher de le reprocher à Juliet, elle ne comprenait pas. Aujourd'hui elle repointe le bout de son nez dans la vie de Blai, une magnifique petite fille sous le bras. Et Parker ne peut pas s'empêcher de se faire du soucis pour le professeur, elle n'est pas du genre à se prendre la tête d'habitude, et pourtant elle ne peut s'empêcher de garder un œil sur l'évolution de la situation. Parfois elle ressent une certaine nostalgie quant à Juliet, elle regrette l'amie qu'elle a perdue. Juliet C. Johnson C'est pas vraiment avec Juliet que Parker a un problème, ce serait plutôt avec sa mère, cette femme qui défendait le proprio de la voiture qu'elle avait volée puis accidentée. Elle ne peut pas s'empêcher de lui en vouloir, surement parce qu'elle ressemble vraiment à sa mère, et croiser son regard lui fait repenser à la prison, la pire période de sa vie.


avatar

break the rules - ΑΞΔ
break the rules - ΑΞΔ




Re: Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.   
Ven 5 Mai - 12:12

« Stop thinking. Start drinking. »

Il n'y a vraiment rien de pire qu'une journée réglée comme du papier à musique à tes yeux, et cette semaine tu n'avais pas eu qu'une journée de ce genre. Avec les examens ton temps libre avait considérablement raccourci, et toi qui profitais toujours de tout ce dont tu pouvais profiter tu t'étais laissée tomber dans une monotonie qui avait duré une semaine. Une semaine de cours, de révision, entrecoupée par ton job... Une journée de plus et tu aurais craqué, tu avais déjà passé celle ci  à envisager de quitter ton job actuel, évidemment ça te prenait souvent, mais tu avais parfaitement conscience que si tu démissionnais maintenant tu n'avais aucun plan B pour payer ton loyer, et tu n'avais pas vraiment le temps en ce moment pour te lancer dans la recherche d'un nouveau job. Incroyablement tu prenais ton mal en patience. Cette période de l'année c'était celle que tu aimais le moins, parce que si le reste du temps tu arrivais à concilier ton rythme de vie et tes cours, quand les examens arrivaient ce n'était plus aussi simple. Tu sentais les contraintes s'alourdir et toi les contraintes ça n'avait jamais été ton truc. Tu ne te plaisais ni dans la monotonie, ni dans les limites. Toi il te fallait de l'aventure, de la liberté, de la vie. En rentrant chez toi ce soir-là tu ouvrais ton ordinateur, prête à te replonger dans tes cours, mais ça n'avait duré que quelques minutes, tu avais glissé sur Youtube, et la musique qui remplissait maintenant ton appartement t'invitait presque à revoir tes plans immédiats. Tu étais vaincue, il n'y aurait plus rien à attendre de toi ce soir quant au sujet cours, tu allais jusqu'au frigo pour prendre une bière, tu la décapsulais avec ton briquet avant de prendre une première gorgée. Ouais, déjà c'était mieux.
Tu jetais un coup d'oeil à ta montre, plus tôt dans la semaine tu avais contacté Blai, lui proposant de se retrouver ce vendredi, vous aviez prévu de vous rejoindre dans un bar pas très loin de chez lui, mais il n'était même pas encore 18h. Tu vidais ta bière battant la mesure avec ton pied, et te décidais à aller prendre une douche, tu en avais déjà assez de rester enfermée chez toi. Tu avais enfilé une robe blanche qui était la première à te tomber sous la main quand tu ouvrais ton placard, et tu vissais tes incontournables boots à tes pieds. Cette paire de chaussures et toi vous commenciez à devenir indissociable, t'essayais de travailler là dessus avec ta meilleure amie Alyssa, qui elle était calée niveau mode, là où toi tu ne voyais pas le mal à mettre une robe avec des boots. Une fois habillée tu sortais dans le but de profiter simplement de ta fin de journée avant d'aller rejoindre Blai. Tu l'avais un peu moins vu ces derniers temps, vous aviez tous les deux été occupés par l'université, toi par tes études, lui par ses étudiants. Avoir sympathisé avec un professeur ne t'avais jamais gênée, d'ailleurs tu ne considérais pas vraiment Blai comme un enseignant, mais comme un ami. Tu l'avais rencontré par hasard, comme beaucoup des rencontres que tu faisais, tu avais encore bien profité de ta soirée, et tu aurais pu avoir de sérieux ennuis avec les flics, encore. Mais cette fois tu n'avais rien fais du tout, et Blai l'avait confirmé aux policiers se faisant passer pour ton petit copain. Ce soir-là, quand tu les avais vus et que tu avais compris que le sac que tu tenais bêtement dans tes mains venait d'être volé, tu revoyais déjà ton procès, tu en aurais probablement un autre, et la prison. Tu n'avais jamais rien connu de pire que ces 7 mois de captivité, si tu y retournais cette fois tu serais seule, et tu savais que c'était plus que tu ne pouvais en supporter. La reconnaissance que tu avais eu pour Blai, c'était transformer en amitié, après avoir réglé la dette que tu estimais avoir envers lui en verre d'alcool. L'enseignant était de bonne compagnie, tu appréciais ces soirées que vous passiez ensemble, il n'était pas exactement comme toi, mais il avait le sens de la fête. Tu avais connu Blai avec Juliet, puis sans, et tu avais pu constater, sans en parler avec lui, le bouleversement que ça avait été dans sa vie. Tu n'étais pas la personne qui trouvait les bons mots pour soutenir les gens, tu n'étais pas non plus celle qui pourrait parler des heures d'un sujet aussi sérieux et délicat, non toi tu étais plutôt du genre à mettre les pieds dans le plat sans même le vouloir ou encore faire une blague là où on attendait juste de la compassion. T'as un peu de mal avec les codes sociaux et les usages puisque tu n'en as jamais tenu compte, mais en revanche t'es pas le genre de fille à laisser un ami dans sa merde.
Tu sursautes en voyant l'heure, comment peut-il déjà être aussi tard ? Absorbée par tes pensées tu as laissé tes pas te guider, tu as traversé les rues de Miami en long et en large, et maintenant tu vas être en retard étant donné que votre point de rendez-vous et de l'autre côté. Tu soupires et forces le pas, c'est tout toi ça. Finalement quand tu pousses la porte du bar tu as un peu moins de 20 minutes de retard, ce qui n'est pas si mal quand on te connaît. Tu parcours la salle des yeux et rencontres rapidement ceux de Blai, tes lèvres s'étirent dans un large sourire et tu lui fais un signe de la main avant d'aller le rejoindre. «Salut » tu chantonnes presque,avant de déposer tes lèvres sur la joue de Blai comme toute salutation « je vois que tu m'as attendue  » tu pointes le verre à shot vide qui est devant lui avec un sourire amusé, il aurait pu en prendre 3 autres que ce ne serait toujours pas une avance sur toi, il tenait vraiment mieux l'alcool, et pourtant tu te défendais bien... Pour une étudiante de 55 kg toute mouillée. « Deux autres s'il vous plait  » la serveuse pose ses yeux sur toi et tu souris, elle ne passait pas dans le coin pour vous mais tu as trouvé son passage impeccable au niveau du timing. Elle hoche la tête, et tu t'intéresses de nouveau à Blai «Tu es là depuis longtemps ? » Tu aurais pu t'excuser pour ton retard, comme la plupart des gens l'auraient probablement fait mais tu n'y penses même pas, Blai commence à te connaître, il ne s'en offusquera pas. Tu souris encore plus largement, la soirée peut enfin commencer, et ça fais une semaine que tu attends ça.
014 © Lunay's invention




"Don't stop me now "

Tonight I'm gonna have myself a real good time
I feel alive and the world turning inside out yeah
And floating around in ecstasy
So don't stop me now don't stop me
'Cause I'm having a good time having a good time
♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 4
MESSAGES : 575
AGE : 31
CÉLÉBRITÉ : Tom Ellis
PSEUDO INTERNET : Parménion
FLORIDIEN DEPUIS LE : 30/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★★☆☆
MÉTIER
★★★★★★★★★☆
RICHESSE
★★★★★★★★☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★★★★☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆
RÉUSSITE PERSONNELLE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆

avatar

top of the world - GF
top of the world - GF




Re: Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.   
Ven 5 Mai - 14:41

Stop thinking. Start drinking.


Vendredi 5 Mai 2017, 21 heure.





Le fait d'avoir vu Juliet la veille n'avait pas aidé mon état. Ni même ma main qui avait encore les quelques égratignures du verre que j'avais cassé. Heureusement, c'était la main gauche et c'était peu visible. Je plaignais plus de verre qui avait été cassé. Le pauvre, il avait eu une carrière si longue, finir ainsi... Oui, je pensais à un verre que j'avais cassé un vendredi soir. Avais-je besoin d'une autre preuve pour dire que ma vie partait en sucette ? Tout me semblait pathétique dans ma vie. Mon passé, mon travail, moi... Finalement, la seule chose que j'aimais dans cette vie c'était mes amis. Pourtant, j'étais seul là. Je ne pouvais que regarder les autres s'amuser. Vivre. Penser que leur vie était géniale. Je n'avais jamais eu cette occasion réellement. Il y avait toujours une chose qui me rappelait que j'étais mortel. Ma place était sur terre ou en enfer, pas au Ciel. Pourtant, j'avais envoyé certaines personnes au Ciel, voire jusqu'au septième ciel. J'essayais de voir si je reconnaissais certaines filles avec qui j'avais eu l'occasion d'approfondir nos relations dans les toilettes du bar. J'en reconnaissais une. Notre relation avait été tellement approfondie que tout le bar avait su que l'on avait fait connaissance. Là, elle essayait d'apprendre à connaître un groupe de garçons. Ambitieuse cette fille. Bref, au moins je ne pensais plus à Juliet. Même si quand je m'écoutais penser, j'avais l'impression d'être une réelle épave prenant refuge dans un monde de débauche rendant la chose encore plus pathétique. Avais-je dit le mot pathétique ? Bref, mon shot était arrivé. Je le vidai cul-sec sans plus de considération, le prenant pour ce qu'il était. Un moyen d'oublier.   Malheureusement, il m'en faudrait plus d'un pour y arriver. Pourtant, j'allais m'arrêter là pour l'instant. Je ne voulais pas être un déchet quand elle arriverait. Je lui laissais une heure de retard en général avant de considérer qu'elle ne viendrait pas. Car oui, la ponctualité ce n'était pas son fort. Je ne lui avais jamais reproché. En général le fait qu'elle réserve une partie de son temps pour quelqu'un était une preuve en soit d'une grande affection. Quand on aimait réellement un oiseau on ne le mettait pas en cage. Sinon il venait à s'envoler. Un peu comme l'avait fait Juliet. Ou comme le faisait Parker chaque fois que quelqu'un lui demandait de s'engager. J'avais du mal à imaginer Parker sérieuse. L'image d'elle en robe blanche devant l'église me faisait toujours sourire alors que cette image devait l'angoisser au plus haut point. Un jour, quand je maîtriserais photoshop, je ferais un montage rien que ça. Je me prendrais sans doute une baffe, mais ce serait très drôle de la voir devenir aussi blanche que la robe.  

Alors que je manigançais mon petit plan afin de faire le mauvais tour pour Parker, je la vis entrer. Elle est magnifique avec sa robe blanche. Drôle de coïncidence. Je pensais plus à une robe de mariée, mais celle-ci était bien plus canon. Elle me fit un signe de la main que je lui rendis avec un signe de la tête. «Salut »  Elle déposa un baiser sur ma joue. J'aimais bien quand elle faisait ça. « je vois que tu m'as attendue  » J'écartais le verre de manière innocente, comme si je ne voyais pas de quoi elle parlait. Après tout j'étais le professeur et elle l'élève. J'étais celui qui devait montrer l'exemple... Non ce n'était pas crédible. Déjà parce que me considérer comme un exemple serait en soit l'idée la plus ridicule jamais eu par quelqu'un. Mais en plus, Parker n'était pas du genre à suivre l'exemple. Limite, si je lui disais qu'il fallait absolument qu'elle ne saute pas du pont... Elle me regarderait avec un sourire provocateur avant de sauter du pont m'entraînant avec elle. Du coup je préférais éviter de me dire qu'il fallait monter l'exemple à cette fille. Quoi que vu comme ça il était facile de faire de la psychologie inversée... En fait non... Même comme comme ça, cela devait être dur de faire faire à la jeune étudiante quelque chose dont elle n'avait pas envie. « Deux autres s'il vous plait  » Un sourire s'étira le long de mes lèvres. Que la fête commence.

«Tu es là depuis longtemps ? » Hum. Bonne question. Je n'avais pas vraiment regardé l'heure. C'était une chose à jamais faire quand on l'attendait sinon on comprenait à quel point la ponctualité et elle s'était différent. « Quelle importance ? » Avec un sourire narquois je rajoutai « Je ne suis pas ici depuis assez longtemps pour être bourré avant toi. Si ça peut te rassurer. » Je lui fis un clin d'œil. Elle finissait souvent plus mal que moi. Cela était problématique quand moi aussi je voulais me mettre mal. Une fois cela avait failli déraper entre nous. Je ne savais pas si elle s'en souvenait. Nos lèvres s'étaient rapprochées par un concours de circonstances encore floues pour moi. J'avais mis fin à l'ambiguïté, car je pensais encore à mon ex-petite amie à l'époque. Avec le temps j'avais regretté mon choix. Si l'occasion se représentait, ce serait différent. Mais je n'avais pas envie de forcer les choses. Parker était une amie fidèle et je n'avais besoin de rien d'autre que de sa présence et sa façon d'être. Contrairement à Cyndy, une élève de première année, Parker avec beaucoup plus pour elle que son physique. Elle était intéressante comme personne et pas que physiquement. Même si le physique ne gâchait rien. Bref, nos shooters venaient d'arriver. Tout en restant assis, je me penchai pour prendre les deux verres qui étaient près de Parker. Malheureusement, j'avais mal jugé les distances et pour les atteindre je me rapprochais dangereusement du visage de mon amie. Plus que quelques centimètres. Sauvé. Je les avais eu avant le drame. Je me redressai assez vite, sans renverser. Je tendis son verre à Parker. « Allons nous amuser. » Je fis un autre clin d'œil. Non, ce n'était pas tendancieux. Du moins pas volontairement. Vraiment pas.

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 427
MESSAGES : 1254
AGE : 25
CÉLÉBRITÉ : Mimi Elashiry
PSEUDO INTERNET : Mils
FLORIDIEN DEPUIS LE : 10/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★☆☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★★☆☆☆
MÉTIER
★★★☆☆☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★★☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★★★☆☆
PATIENCE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆


HISTOIRE

Née en Autriche le 17 mai 1992 -a la double nationalité Autrichienne et Américaine - a toujours été une vrai casse cou - aime le sport depuis petite, encouragée par son père soldat - a une passion pour le risque - tien à sa liberté plus que tout autre chose - a un tempérament impulsif - déteste l'inactivité et rester enfermée - a eut un casier très tôt d'abord pour du vandalisme - est toujours en vadrouille quelque part - ne décroche jamais ou presque son téléphone et n'écoute jamais son répondeur - A quitté l'Autriche à ses 15 ans pour suivre son meilleur ami- Surf tout les jours depuis son arrivée en Floride - Est incapable de garder un job ou un petit ami car elle juge les deux trop contraignants - n'a jamais eu d'histoire sérieuse - N'accorde aucune importance à ce que les gens peuvent penser d'elle - Ne se prive de rien et fais tout ce qui lui passe par la tête - A été en prison avec son meilleur ami lorsqu'ils se sont fait arrêter après le vol d'une voiture, c'est la pire période de sa vie, bien que son meilleur ami Alec ce soit accusé à sa place elle a passé les 7 plus longs mois de sa vie derrière les barreaux et n'aurait surement pas supporté la captivité si Alec n'avait pas été avec elle .

CARACTERE

Sportive - Libre - Plutôt extravertie - Ne prend rien très au sérieux - fêtarde - rebelle - accro à l'adrénaline - entière - impulsive - aventurière - impatiente - pétillante - têtue - insatiable - allergique au contrainte - infatigable - malicieuse

LIENS

ALEC, meilleur ami.
Whenever this world is cruel to me
I got you to help me forgive
When things turn out bad
You know I'll never be lonely


ALYSSA, meilleure amie.
You can count on me like 1, 2, 3
I'll be there
And I know when I need it
I can count on you like 4, 3, 2
You'll be there


KALLEN, ami proche
On the road again
I just can't wait to get on the road again
The life i love is makin' music with my friends
And i can't wait to get on the road again


BLAI, ami proche.

So no one told you life was gonna be this way
It's like you're always stuck in second gear,
When it hasn't been your day, your week, your month or even your year, but
I'll be there for you, 'cause you're there for me too


JULES, amie proche

For one so small
You seem so strong
No matter what they say
You'll be here in my heart


৩ ৩ ৩ ৩ ৩
Clyde T. Boone Depuis une rencontre hasardeuse chez le tatoueur, une amitié un peu particulière lie les ces deux là. S'ils s'entendent parfaitement, leurs indifférence pour la bienséance et leurs mépris des règles prennent une autre dimension lorsqu'ils se retrouvent. Alors afin de limiter les dégâts, ils ne cherchent pas à se contacter mais attendent plutôt de se rencontrer au détour d'une rue, ou accoudé à un comptoir quelconque. Matthew Evans Ces deux là auraient pu penser qu'ils n'avaient que leurs cours de journalisme en commun. Mais ils ont plus, ils ont Alyssa et cette place importante qu'elle occupe dans leurs vies respectives. Outre Alyssa, ils aiment tous les deux le sport, alors vous trouverez Parker sur les gradins pour chaque match de l'équipe de Matthew pour l'encourager. Pancarte, cris, commentaires, une vraie fan S. Pierce Vaughn rencontré par le biais de leur meilleur ami en commun Alec, ils passent depuis de bon moment ensemble, que ce soit en soirée, ou non. Ils partagent une sorte d'hyperactivité qui doit être éprouvante à supporter lorsqu'ils sont ensemble. Ils expriment leur affection d'une manière bien particulière, puisqu'ils prennent tous deux un malin plaisir à se faire des petites crasses, ce qui les amusent beaucoup. Laurel R. Bourgeais Rencontrée au lycée, les filles ont fait connaissance par le biais de Alec, avec qui Laurel avait sympathisée. Elles se sont tout de suite bien entendu, ce qui était une chance puisque l'une comme l'autre était toujours fourée avec Alec. Lorsque les choses se sont tendues entre Alec et Laurel,  Parker était bien entendu au courant, étant ce qu'elle ait elle n'avait pas passé des heures à discuter avec l'un ou l'autre sentiment, elle n'avait pas donné de conseils, pour être honnête la plupart du temps elle ignorait le sujet.. Puis Laurel avait perdu son frère, et son comportement avait changé, se rapprochant de celui de Parker qui était présente à sa façon,elle était l'amie avec qui ont se changer les idées. Les filles s'étaient rapprochées, traînant ensemble dans toutes sortes de soirées. Et lorsque l'une ou l'autre avait besoin de faire une pause, de se retrouver, elles allaient à la plage, planche sous le bras et pouvait passer des heures et des heures à surfer. Aelys I. Tollererg c'est la cousine d'Alec, et il l'adore, alors bien évidemment les deux jeunes femmes ont été amenées à se rencontrer à plusieurs reprises. Mais finalement elle ne se connaisse pas encore très bien toutes les deux, elles sont toujours en groupe quand elles se croisent et non jamais réellement parlé. Lucy I. Woodburn les deux jeunes femmes n'ont fait que se croiser jusqu'à maintenant, mais pour une raison ou pour une autre la présence de l'une irrite l'autre et inversement. Juliet E. WindsorParker a rencontré Juliet par le biais de Blai, les deux étudiante s'étaient rapidement bien entendu, Parker aimait la complexité de la personnalité de la jolie blonde, elles partageaient leur goût de l'aventure, une curiosité pour le monde qui les entourent, et quand elles avaient une idée en tête ce n'était pas la peine d'essayer de discuter. Mais Juliet était tombé enceinte et elle était sortie de la vie de Blai du jour au lendemain. Parker n'était pas le genre de personne qu'on venait trouver pour discuter sérieusement, mais sans qu'il lui en parle elle avait constaté les répercussions sur la vie de son ami, et elle n'avait pas pût s'empêcher de le reprocher à Juliet, elle ne comprenait pas. Aujourd'hui elle repointe le bout de son nez dans la vie de Blai, une magnifique petite fille sous le bras. Et Parker ne peut pas s'empêcher de se faire du soucis pour le professeur, elle n'est pas du genre à se prendre la tête d'habitude, et pourtant elle ne peut s'empêcher de garder un œil sur l'évolution de la situation. Parfois elle ressent une certaine nostalgie quant à Juliet, elle regrette l'amie qu'elle a perdue. Juliet C. Johnson C'est pas vraiment avec Juliet que Parker a un problème, ce serait plutôt avec sa mère, cette femme qui défendait le proprio de la voiture qu'elle avait volée puis accidentée. Elle ne peut pas s'empêcher de lui en vouloir, surement parce qu'elle ressemble vraiment à sa mère, et croiser son regard lui fait repenser à la prison, la pire période de sa vie.


avatar

break the rules - ΑΞΔ
break the rules - ΑΞΔ




Re: Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.   
Ven 5 Mai - 16:57

« Stop thinking. Start drinking. »

Tu t'installais enfin confortablement te laissant glisser sur le siège à côté de Blai, alors qu'il repoussait le verre à shot vide un peu plus loin mimant l'innocence, tu souris amusée. Lui, innocent ? T'aimerais bien voir ça. Si on te le demandait tu pourrais faire une description de l'homme que tu as retrouvé ce soir, ce serait sûrement long, parce que tu en aurais des choses à dire à propos de lui, mais tu choisirais tout un tas d'adjectifs qui n'ont rien à voir avec l'innocence. Tu dirais de lui qu'il est plus complexe que ce qu'il laisse paraître quand vous vous retrouvez autour d'un verre, tu dirais qu'il a le sens de la fête, que c'est quelqu'un qui se préoccupe sincèrement des autres, qu'il tient incroyablement bien l'alcool pour ton plus grand désespoir, qu'il ne te met jamais la pression, qu'il est compréhensif, qu'il est drôle, brillant, et que tu adores qu'il se laisse entraîner dans ta décadence. Tu t'arrêtes maintenant, comme tu le sais, tu pourrais tenir un moment sur le sujet, ça fait déjà deux ans que tu le côtoies après tout, ça laisse le temps de se connaître.
Tu coinçais une mèche de cheveux rebelle derrière ton oreille, le vent qui c'était levé en fin de journée t'avait légèrement emmêlé les cheveux, mais tu ne t'en préoccupais vraiment pas. Suivant un instant la serveuse des yeux, tu attendais impatiemment qu'elle revienne, tu avais soif, d'alcool et de liberté. Tu n'avais qu'une envie profiter de ta soirée en compagnie de Blai et oublier tout ce que cette semaine avait été. Pour te faire patienter tu t'intéresses à ton ami, et le temps d'attente que tu lui as infligé une fois de plus.« Quelle importance ? Je ne suis pas ici depuis assez longtemps pour être bourré avant toi. Si ça peut te rassurer. » Tu souris amusé, pour qu'il ait été bourré avant ton arrivée tu aurais dû avoir encore deux bonnes heures de retard, et encore, s'il ne faisait pas trop de pause entre les verres. «« Heureusement, je compte bien être celle qui causera ta gueule de bois de demain matin  » tu déclares dans un sourire. En règle générale, c'est toi qui te réveilles avec la gueule de bois après vos petites soirées, et même en buvant autant, il finit toujours la soirée moins soul que toi, une véritable injustice.
Mais ce soir, tu as besoin de te détendre, ce soir, tu as besoin de t'amuser. Tu poses tes yeux sur Blai un instant, ouais, ce soir tu te lances pour défi personnel de réussir à le soûler. Une entreprise qui se joue sur le long terme, tu vas devoir être plus maligne que d'habitude pour échanger la tendance, enfin si tu gardes les idées assez claires pour mettre en œuvre un plan efficace. Mais tu en es capable, quand tu as une idée en tête t'es plutôt du genre à aller au bout de l'entreprise. Et puis il t'a vu tellement de fois dans des situations compromettantes quand tu avais pris un verre de trop, voir plusieurs en fait. Pas que ça te dérange, tu savais ce que tu faisais, et tu assumais tout ce que tu pouvais faire ou pourrait faire, dans ta vie il n'y avait pas de place pour les regrets. C'est simplement que pour ce soir tu voulais qu'il n'ait pas à être le plus sérieux de vous deux, tu comptais bien le faire danser quand vous aurez encore prit quelques verres, il était 21h, et personne dans le bar ne parlait encore trop fort, personne ne riait bruyamment, c'était encore plutôt calme,  qu'à cela ne tienne, tu arrangerais ça, et avec lui, avec Blai. Pas pour te faire remarquer, tu ne te préoccupais vraiment pas de ce que pourrait penser des inconnus de toi, mais parce que cette ambiance ne convenait ni à ton état d'esprit, ni à la soirée que tu prévoyais de passer. « Tu sais que j'étais en avance ? Jusqu'à ce que je décide d'aller faire un tour. J'étais prête avant 18h.  » Indication que tu donnes dans un sourire, tu n'es jamais à l'heure, mais tu sais toujours pourquoi au moins. Sans parler du fait que tu te déplaces uniquement à pied, que tu ais besoin d'aller loin ou non, une marche même d'une heure et demie ne te dérange pas, au contraire, tu adores ça. Enfin la serveuse arrive et ton sourire s’élargit de nouveau. T'es un livre ouvert, en te regardant on peut tout de suite savoir si tu es contente ou non, tes émotions transparaissent toujours sur ton visage, et tu ne te caches de rien, de toute façon tu ne sais pas faire semblant. Elle pose les verres devant toi et s’apprête déjà à repartir, alors tu lèves le doigt pour la retenir encore un instant, quand tu retournes ta tête vers Blai il se trouve étrangement proche de toi, tu souris amusé en le voyant se redresser rapidement. «je vois que je suis pas la seule à déborder d'enthousiasme ce soir  », tu le taquines, tu adores ça, tu es joueuse. Tu te souviens vaguement une situation similaire, mais tu n'es pas certaine que ce soit vraiment arrivé, tu ne sais plus, tu l'avais peut-être imaginé, ou peut-être que ça c'était réellement passé. Mais quoi qu'il en soit vous n'en n'aviez jamais reparlé et il n'y avait jamais aucune gêne entre vous. « Allons nous amuser. » Ton sourire s'élargit tu ne demandes pas mieux, tu attrapes le shooter que te tend Blai « «Oh mais on va s'amuser, vide moi ce verre  » tu tends ton shooter dans sa direction pour entrechoquer vos verres, et tu vides son contenu dans ta bouche, les bracelets empilés autour de ton poignet chantent joyeusement quand tu claques ton verre vide sur la table en inox. Tu poses alors les yeux sur la serveuse qui a l'air de s'impatienter à côté de vous.«On pourrait ravoir la même chose  » tu demandes dans un sourire ravi. La serveuse roule des yeux avant de partir après avoir hoché sèchement la tête, tu t'amuses de sa réaction alors qu'elle s'éloigne, si elle en a déjà marre de vous, la pauvre n'a pas terminé, ce soir tu ne comptes pas rentrer chez toi sobre.
Ton regard glisse dans le bar, il y a un peu de monde, mais pas trop, ton pied bat le rythme de la musique qui s'échappe des enceintes. Tu reposes tes yeux sur Blai « j'espère que tu es en forme ce soir, parce que je le suis  » tu souris en annonçant la couleur, et te revoilà en train de glisser un regard en direction du comptoir, surveillant l'arrivée de la prochaine tournée, oui t'es pas vraiment du genre patiente comme fille.
014 © Lunay's invention


"Don't stop me now "

Tonight I'm gonna have myself a real good time
I feel alive and the world turning inside out yeah
And floating around in ecstasy
So don't stop me now don't stop me
'Cause I'm having a good time having a good time
♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 4
MESSAGES : 575
AGE : 31
CÉLÉBRITÉ : Tom Ellis
PSEUDO INTERNET : Parménion
FLORIDIEN DEPUIS LE : 30/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★★☆☆
MÉTIER
★★★★★★★★★☆
RICHESSE
★★★★★★★★☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★★★★☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆
RÉUSSITE PERSONNELLE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆

avatar

top of the world - GF
top of the world - GF




Re: Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.   
Ven 5 Mai - 18:22

Stop thinking. Start drinking.


Vendredi 5 Mai 2017, 21 heure.





« Heureusement, je compte bien être celle qui causera ta gueule de bois de demain matin  » Je haussais un sourcil. C'était ambitieux voire naïf de croire qu'elle arriverait à me soûler. Les seules fois où j'avais eu la gueule de bois c'était suite à ma rupture. Là j'avais vidé bouteille après bouteille sans faire attention à la quantité que je buvais. C'était la seule fois où j'avais perdu le contrôle. En dehors de ça, j'étais souvent éméché. Faisant parfois deux ou trois erreurs. Une fois alors que j'étais sorti avec Parker, elle m'avait vu ressortir des toilettes avec deux filles. Ce n'était pas un exploit, c'était juste deux étudiantes que je connaissais. Bien qu'elles avaient pris beaucoup de plaisir, elles avaient eu un autre but. Prendre une vidéo et me faire chanter me menaçant ainsi d'aller montrer ça à l'université. Chose à laquelle j'avais répondu que je serais ravi que la vidéo soit divulguée au public, notamment sur quelques sites spécialisés. Devant leur regard affolé j'avais rajouté que si par hasard leur numéro de téléphone venait à être donné avec la vidéo, je n'y serais pour rien. Bizarrement, la vidéo n'arriva jamais auprès du conseil d'administration. J'avais cru comprendre qu'elles l'avaient supprimée. J'arrivais souvent à me sortir des situations complexes en me faisant passer pour un parfait connard, manipulateur et sans remords. Cette vision de moi était vraie, surtout quand j'étais énervé et que l'on venait me provoquer. Une fois, une amie avait dû me ramener chez moi avec le nez en sang.   C'était dommage, car j'avais alors tâché la chemise blanche que j'aimais beaucoup. Mais le mec avait été beaucoup plus amoché. Lui c'était à l'hôpital qui l'avait été accueilli. De mémoire cela avait été très rare que Parker me voit perdre le contrôle. Tout se jouait dans les yeux. La haine se voyait dans le regard, le mépris dans la façon de parler et l'assurance dans ma façon de me tenir. En dehors de ça, je faisais rarement de vague. Je me contentais de suivre mon amie dans ses délires les plus fous possible en rendant les dommages les plus faibles possible.

« Tu sais que j'étais en avance ? Jusqu'à ce que je décide d'aller faire un tour. J'étais prête avant 18h.  » Je ne pus m'empêcher de glousser. Et moi j'étais un grand joueur jusqu'à ce que je me blesse. Cette excuse était sans doute la pire que Parker ait pu me donner. Sincèrement ? Autant dire « J'étais en avance, jusqu'à ce que je sois en retard. » Le pire c'était qu'elle se fichait pas mal que cela soit risible ou pas. Elle était sincère. Ce qui la rendait encore plus mignonne. « Tu n'as pas à te justifier tu sais ? » Je me sentais idiot de le rappeler. Elle n'avait jamais eu à le faire alors pourquoi le rappeler ? « Sincèrement si tu étais arrivée à l'heure je me serais demandé si tu allais bien. » Je gloussai de nouveau. Puis d'un ton plus sérieux et détaché j'ajoutai « De toute façon... L'important c'est que tu sois venue. » Après ces derniers mots je plongeai mon regard dans le sien et je lui adressai un sourire qui se voulait aussi tendre un gentil que possible. Cela faisait presque trois ans que l'on se connaissait. Il n'y avait plus besoin de s'excuser entre nous. Je prenais toujours plaisir à la voir. Malgré les minutes de retard. Et elle était comme elle était, je ne voulais pas la changer. Si elle n'était pas venue, la soirée aurait été moins bonne. Mais j'aurais compensé. J'aurais bu. Beaucoup. Et j'aurais dragué. Beaucoup. Et entre tous les râteaux que je me serais pris... Car oui, je n'étais pas Apollon lui-même pour réussir tous les coups que je voulais... Et bien après les râteaux je me serais rabattu sur la plus moche que j'aurais comblé toute la nuit durant. Oui, je n'étais pas Apollon, mais je n'étais pas Héphaïstos non plus... Je savais m'y prendre avec les femmes. Du moins c'était ce qu'elles avaient dit. Bref, là n'était pas la question et je doutais fortement que le sujet intéresse Parker outre mesure.

Malheureusement, avec ma légère erreur d'appréciation des distances, elle ne manqua pas de se moquer de moi. «je vois que je suis pas la seule à déborder d'enthousiasme ce soir  » Erm... Comment dire... Oui, mais non. Pas dans ce sens-là. Elle faisait exprès de me mettre mal à l'aise en plus. Parker était une amie, je ne voulais pas... Enfin si mais.... Bref, elle n'avait pas mal pris l'épisode, il n'y avait pas besoin de m'enfoncer mentalement dans un malaise profond. Et puis, c'était vrai que j'avais été un peu ridicule. Riant doucement je répondis : « Voyons Parker, à ta simple vue ne peux être qu'enthousiaste. » Et un mec c'était comme un chien. Oui, il y avait un point commun. Un chien comme un mec, quand c'était enthousiaste ça remuait la queue. Bizarrement cette phrase je la gardais dans ma tête, car quand je venais à la dire à haute voit elle sonnait beaucoup moins bien. Après, il fallait avouer que Parker était superbe avec sa robe blanche. Elle était toujours jolie, mais là je le trouvais magnifique. Son coup de tête... Chez les gens normaux on dirait son coup de cœur. Mais avec Parker c'était plus un coup de tête... Bref, son coup de tête de ce soir aurait beaucoup de chance.  

 «Oh mais on va s'amuser, vide moi ce verre  » Je souris en coin « Parker, tu pourrais m'apprendre bien des choses... Mais rien en matière d'alcool. » Je vidai mon verre cul-sec. Je n'avais pas d'idée de ce que pouvait m'apprendre Parker en réalité. C'était plus une formule en l'air. J'étais plus vieux qu'elle, plus expérimenté sur bien des domaines. Ah si. Elle pourrait m'apprendre à comment m'attirer des ennuis sans rien faire. M'apprendre par exemple comment un homme qui a volé un sac décide de vous le donner à vous alors qu'il prend la fuite. Je devais avouer que cet épisode là me faisait encore rire en y repensant. J'avais alors fait mine d'avoir couru après le voleur, essoufflé, me présentant devant les policiers comme son petit ami. Je revins dans le présent quand Parker demanda de nouveau la même chose. « j'espère que tu es en forme ce soir, parce que je le suis  » Ah ? Vraiment ? On allait vérifier ça. Je me levai de ma chaise et me rapprochai de nouveau mon visage près de celui de Parker. Cette fois-ci je n'avais pas l'excuse des shooters. Du moins, pas à première vue. Alors qu'elle était plus occupée à me regarder moi qu'autre chose, je pris les deux shooters, sans qu'elle s'en rende compte. Quand mon visage fut à quelques centimètres du sien j'eus un sourire provocateur. Celui qui annonçait que le jeu commençait. « Vraiment ? » Je m'éloignai alors brusquement d'elle, lui tournant le dos, cachant ainsi les deux shooters. Après quelques pas loin d'elle je me retournai lui montrant les deux shooters que j'avais en main. « Alors viens chercher les chercher. ». Je me fondai après ces quelques mots dans la masse des gens présents dans le bar.  

Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 427
MESSAGES : 1254
AGE : 25
CÉLÉBRITÉ : Mimi Elashiry
PSEUDO INTERNET : Mils
FLORIDIEN DEPUIS LE : 10/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★☆☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★★☆☆☆
MÉTIER
★★★☆☆☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★★☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★★★☆☆
PATIENCE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆


HISTOIRE

Née en Autriche le 17 mai 1992 -a la double nationalité Autrichienne et Américaine - a toujours été une vrai casse cou - aime le sport depuis petite, encouragée par son père soldat - a une passion pour le risque - tien à sa liberté plus que tout autre chose - a un tempérament impulsif - déteste l'inactivité et rester enfermée - a eut un casier très tôt d'abord pour du vandalisme - est toujours en vadrouille quelque part - ne décroche jamais ou presque son téléphone et n'écoute jamais son répondeur - A quitté l'Autriche à ses 15 ans pour suivre son meilleur ami- Surf tout les jours depuis son arrivée en Floride - Est incapable de garder un job ou un petit ami car elle juge les deux trop contraignants - n'a jamais eu d'histoire sérieuse - N'accorde aucune importance à ce que les gens peuvent penser d'elle - Ne se prive de rien et fais tout ce qui lui passe par la tête - A été en prison avec son meilleur ami lorsqu'ils se sont fait arrêter après le vol d'une voiture, c'est la pire période de sa vie, bien que son meilleur ami Alec ce soit accusé à sa place elle a passé les 7 plus longs mois de sa vie derrière les barreaux et n'aurait surement pas supporté la captivité si Alec n'avait pas été avec elle .

CARACTERE

Sportive - Libre - Plutôt extravertie - Ne prend rien très au sérieux - fêtarde - rebelle - accro à l'adrénaline - entière - impulsive - aventurière - impatiente - pétillante - têtue - insatiable - allergique au contrainte - infatigable - malicieuse

LIENS

ALEC, meilleur ami.
Whenever this world is cruel to me
I got you to help me forgive
When things turn out bad
You know I'll never be lonely


ALYSSA, meilleure amie.
You can count on me like 1, 2, 3
I'll be there
And I know when I need it
I can count on you like 4, 3, 2
You'll be there


KALLEN, ami proche
On the road again
I just can't wait to get on the road again
The life i love is makin' music with my friends
And i can't wait to get on the road again


BLAI, ami proche.

So no one told you life was gonna be this way
It's like you're always stuck in second gear,
When it hasn't been your day, your week, your month or even your year, but
I'll be there for you, 'cause you're there for me too


JULES, amie proche

For one so small
You seem so strong
No matter what they say
You'll be here in my heart


৩ ৩ ৩ ৩ ৩
Clyde T. Boone Depuis une rencontre hasardeuse chez le tatoueur, une amitié un peu particulière lie les ces deux là. S'ils s'entendent parfaitement, leurs indifférence pour la bienséance et leurs mépris des règles prennent une autre dimension lorsqu'ils se retrouvent. Alors afin de limiter les dégâts, ils ne cherchent pas à se contacter mais attendent plutôt de se rencontrer au détour d'une rue, ou accoudé à un comptoir quelconque. Matthew Evans Ces deux là auraient pu penser qu'ils n'avaient que leurs cours de journalisme en commun. Mais ils ont plus, ils ont Alyssa et cette place importante qu'elle occupe dans leurs vies respectives. Outre Alyssa, ils aiment tous les deux le sport, alors vous trouverez Parker sur les gradins pour chaque match de l'équipe de Matthew pour l'encourager. Pancarte, cris, commentaires, une vraie fan S. Pierce Vaughn rencontré par le biais de leur meilleur ami en commun Alec, ils passent depuis de bon moment ensemble, que ce soit en soirée, ou non. Ils partagent une sorte d'hyperactivité qui doit être éprouvante à supporter lorsqu'ils sont ensemble. Ils expriment leur affection d'une manière bien particulière, puisqu'ils prennent tous deux un malin plaisir à se faire des petites crasses, ce qui les amusent beaucoup. Laurel R. Bourgeais Rencontrée au lycée, les filles ont fait connaissance par le biais de Alec, avec qui Laurel avait sympathisée. Elles se sont tout de suite bien entendu, ce qui était une chance puisque l'une comme l'autre était toujours fourée avec Alec. Lorsque les choses se sont tendues entre Alec et Laurel,  Parker était bien entendu au courant, étant ce qu'elle ait elle n'avait pas passé des heures à discuter avec l'un ou l'autre sentiment, elle n'avait pas donné de conseils, pour être honnête la plupart du temps elle ignorait le sujet.. Puis Laurel avait perdu son frère, et son comportement avait changé, se rapprochant de celui de Parker qui était présente à sa façon,elle était l'amie avec qui ont se changer les idées. Les filles s'étaient rapprochées, traînant ensemble dans toutes sortes de soirées. Et lorsque l'une ou l'autre avait besoin de faire une pause, de se retrouver, elles allaient à la plage, planche sous le bras et pouvait passer des heures et des heures à surfer. Aelys I. Tollererg c'est la cousine d'Alec, et il l'adore, alors bien évidemment les deux jeunes femmes ont été amenées à se rencontrer à plusieurs reprises. Mais finalement elle ne se connaisse pas encore très bien toutes les deux, elles sont toujours en groupe quand elles se croisent et non jamais réellement parlé. Lucy I. Woodburn les deux jeunes femmes n'ont fait que se croiser jusqu'à maintenant, mais pour une raison ou pour une autre la présence de l'une irrite l'autre et inversement. Juliet E. WindsorParker a rencontré Juliet par le biais de Blai, les deux étudiante s'étaient rapidement bien entendu, Parker aimait la complexité de la personnalité de la jolie blonde, elles partageaient leur goût de l'aventure, une curiosité pour le monde qui les entourent, et quand elles avaient une idée en tête ce n'était pas la peine d'essayer de discuter. Mais Juliet était tombé enceinte et elle était sortie de la vie de Blai du jour au lendemain. Parker n'était pas le genre de personne qu'on venait trouver pour discuter sérieusement, mais sans qu'il lui en parle elle avait constaté les répercussions sur la vie de son ami, et elle n'avait pas pût s'empêcher de le reprocher à Juliet, elle ne comprenait pas. Aujourd'hui elle repointe le bout de son nez dans la vie de Blai, une magnifique petite fille sous le bras. Et Parker ne peut pas s'empêcher de se faire du soucis pour le professeur, elle n'est pas du genre à se prendre la tête d'habitude, et pourtant elle ne peut s'empêcher de garder un œil sur l'évolution de la situation. Parfois elle ressent une certaine nostalgie quant à Juliet, elle regrette l'amie qu'elle a perdue. Juliet C. Johnson C'est pas vraiment avec Juliet que Parker a un problème, ce serait plutôt avec sa mère, cette femme qui défendait le proprio de la voiture qu'elle avait volée puis accidentée. Elle ne peut pas s'empêcher de lui en vouloir, surement parce qu'elle ressemble vraiment à sa mère, et croiser son regard lui fait repenser à la prison, la pire période de sa vie.


avatar

break the rules - ΑΞΔ
break the rules - ΑΞΔ




Re: Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.   
Lun 8 Mai - 23:09

« Stop thinking. Start drinking. »

Tu remarquais le sourcil de Blai se lever quand tu annonçais vouloir être celle qui lui provoquerait sa gueule de bois du lendemain, clairement il ne te prenait pas au sérieux, et tu n'avais pas besoin d'analyser la situation pendant trois heures pour sentir qu'il était loin de s'inquiéter. Il faut dire qu'il avait expérimenté déjà un bon nombre de fois les soirées en ta compagnie et que c'était toujours toi la moins brillante des deux à la fin de la soirée. Toi même tu n'y croyais pas vraiment, mais t'aimais ça te lancer des petits défis, et plus c'était dur, mieux c'était bien évidemment, alors Blai était le cobaye parfait pour toi ce soir. Et puis tu étais contente de le revoir, tu étais contente d'être là ce soir, parce que quoi qu'il arrive, quoi que vous fassiez tu appréciais toujours les moments passés en sa compagnie. Il était assez déjanté pour te suivre, mais si une situation se compliquait tu pouvais en plus compter sur lui, ça avait été le cas le premier soir que tu l'avais rencontré, et ce soir là il ne te connaissait même pas. Depuis il était resté le même avec toi, et tu l'adorais pour tout ça. Il rit de tes explications douteuses quant à ton arrivée tardive sur votre lieu de rendez vous, tu fronces légèrement les sourcils comme pour chercher ce qui le fait rire. Est ce la médiocrité de ton explication ?
«Tu n'as pas à te justifier tu sais ? » tu reposes cette fois tes yeux sur lui, et lui adresses un sourire ironique, t'étais pas vraiment le genre de fille à rendre des comptes à qui que ce soit, tu ne fournis pas d'explication, tu ne t'excuses pas de ce que tu fais ou de ce que tu es. Tu soulignais simplement que pour une fois tu aurais pu être à l'heure là où d'habitude tu devais te précipiter parce que tu partais en retard. Donc dans ta façon de vivre, c'était déjà pas loin du miracle. Il enchaîne déjà tu lui donne une tape dans le bras en riant quand il te dit qu'il se serait inquiété si tu avais été à l'heure. Effectivement, tu lui avais prouvé plus de fois que tu ne voulais bien l'admettre que tu étais incapable d'être ponctuelle. Le mieux avec toi c'est de te mentir sur l'heure de rendez-vous, te dire de venir pour  te dire  et tes lèvres s'étirent dans un sourire quand tu l'entends dire que l'important c'est que tu18h et venir en fait que pour 19h, et là tu aurais déjà plus de chances de ne faire attendre personne. Tes lèvres s'étirent dans un large sourire sincère quand tu l'entends dire que l'essentiel c'est que tu sois venue « Je sais que je ne suis pas un exemple de fiabilité, de ponctualité non plus d'ailleurs, et que j'ai probablement jamais confirmé le rendez-vous, mais tu me connais » soufflais tu dans un haussement d'épaules comme si ça expliquait tout. Ça voulait dire, oui je suis un peu dans mon monde, j’oublie des choses, je me disperse, je fais ce qui me passe par la tête, mais j'essaie de faire les choses quand c'est important, et pour toi ce rendez-vous avec Blai, c'est important. Tu penches légèrement la tête sur le côté devant le sourire du professeur, tu lui en connaissais plusieurs, il y avait son sourire en coin, celui quand il draguait, celui quand il était amusé, mais de tous c'est celui qu'il avait en ce moment sur le visage ton préféré.  « Je suis contente de te voir ce soir », tu souris toi aussi, t'étais pas vraiment du genre à faire dans le sentimentalisme, et les signes d'affections que tu distribuais à tes amis les plus proches étaient timides, et peu fréquent, parce que tu étais moins doué pour parler sérieusement, puisque tu ne l'avais jamais été. Mais de temps en temps, comme maintenant, tu essayais. C'était timide, un peu abrupt, mais c'était déjà proche de l’exploit en ce qui te concernait. Tu quittais des yeux Blai pendant un instant et quand tu te retournais son visage était étrangement proche du tien, et tu avais pris plaisir à le taquiner sur le sujet, bien entendu, tu n'allais pas te priver. Tu ris avec lui quand il t'explique qu'il ne peut être qu'enthousiaste. «T'as pas tord, je suis comme un bon vin, je me bonifie avec le temps  », tu balaies tes cheveux en arrière dans geste de la main pour appuyer tes dires en riant de nouveau.
«  Parker, tu pourrais m'apprendre bien des choses... Mais rien en matière d'alcool. » tu hausses un sourcil, évidemment que dans ton oreille ça sonne plutôt comme un : Parker je te mets au défi de me prouver que tu as quelque chose à m'apprendre sur l'alcool. Et toi en plus d'être joueuse tu es compétitive. «Je te prouverais que tu as tord... » Tu plisses légèrement les yeux, comme pour le défier de te contre dire, ce qui, et il le savait, ne ferait que conforter dans ton idée. Et il fallait se méfier, parce que tu étais capable de passer derrière le bar, d'improviser un cocktail avec ce que tu trouverais, ce serait vraiment pas bon, mais ce serait une création unique, tu donnerais ton nom à ce cocktail. Tu es interrompue dans tes projets de cocktail quand le visage de Blai se rapproche de toi après que tu sois revenu sur le fait que tu étais en pleine forme ce soir. Et cette fois, c'était différent de tout à l'heure parce que c'était volontaire de sa part, et que tu doutais que c'eût été le cas la première fois. Tu t'étonnes presque de te sentir déstabilisée par cette proximité, et cette fois, lui ne semble pas l'être. Tu te perds un court instant dans son regard sombre, mais un sourire étire ses lèvres et tu devines que tu as réagit comme il avait dût supposer que tu le ferait. Il s'éloignait déjà brusquement avant que tu ne puisses continuer tes spéculations, et tu reprenais pied dans la réalité. Tes sourcils se froncèrent d'incompréhension quand il s'éloignait de la table où vous étiez installé, puis enfin il se tournait vers toi, et tes yeux se posèrent d'abord sur les shooters «  Alors viens les chercher. » Tu ouvrais la bouche sous le coup de la surprise « j'y crois pas... » Soufflais tu, tu restais un moment assise, presque choquée qu'il ait osé prendre ton verre pour partir avec, l'alcool c'est sacré. Puis tes lèvres s'étirent dans un sourire amusé, s'il veut jouer avec toi, t'es plus que partante, et tu apprécies l'idée. Tu te redresses avec un rire, t'as ce côté enfantin, celui qui te pousse à prendre chaque situation comme un jeu, à chercher à t'amuser autant que possible, alors forcément, la perspective de retrouver Blai, récupérer ton shooter, et préparer une vengeance, ça rajoute à ton enthousiasme.
Tu joues des coudes pour pouvoir te frayer un chemin, il y a un peu plus de monde que quand tu es arrivée tout à l'heure et tu te doutes que ça ne va pas s'arrêter tout de suite, après tout on est vendredi soir. Malgré le mal que tu te donnes tu n'arrives pas à le retrouver tout de suite, plutôt que de chercher plus longtemps tu décides de prendre un peu de hauteur, tu tires une chaise libre et monte dessus sans gène. Perchée ici tu as une meilleure vue sur le bar, et surtout sur les personnes à l'intérieur. Tu le repères dans un coin un peu plus loin, il est de dos et pourtant tu es sur que c'est lui. Il doit voir ton reflet dans la vitre qui lui fait face parce qu'il se tourne vers toi. Tu pointes index et ton majeur vers tes yeux et les pointes ensuite vers lui dans un signe de menace, tu n'es pas sur mais tu crois qu'il sourit, tes menaces n'impressionnent jamais personne. Tu sautes sur le sol et te diriges directement vers lui, tu attrapes son bras avant qu'il n'ait l'idée de repartir. «je crois que tu as quelque chose qui m'appartient  »
014 © Lunay's invention


"Don't stop me now "

Tonight I'm gonna have myself a real good time
I feel alive and the world turning inside out yeah
And floating around in ecstasy
So don't stop me now don't stop me
'Cause I'm having a good time having a good time
♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 4
MESSAGES : 575
AGE : 31
CÉLÉBRITÉ : Tom Ellis
PSEUDO INTERNET : Parménion
FLORIDIEN DEPUIS LE : 30/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★★☆☆
MÉTIER
★★★★★★★★★☆
RICHESSE
★★★★★★★★☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★★★★☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆
RÉUSSITE PERSONNELLE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆

avatar

top of the world - GF
top of the world - GF




Re: Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.   
Mer 31 Mai - 0:42

Stop thinking. Start drinking.


Vendredi 5 Mai 2017, 21 heure.





Elle me fit tout un laïus sur sa fiabilité et sa ponctualité. Autant, sa ponctualité était, il fallait l'avouer, inexistante. En revanche sa fiabilité était bien là. Être ponctuelle était différent d'être fiable. Je fis alors une tête un peu bizarre en l'entendant la remettre en question. A mes yeux elle était très fiable. Certes, pour arriver à l'heure elle ne l'était pas. Pourtant, elle était fiable quand on lui demandait d'être là. Alors il était certain que si on lui demandait d'être là à l'heure, ça n'allait pas le faire. Je ne savais pas comment expliquer... Certes on ne pouvait pas compter sur elle sur la forme. Par exemple, elle ne m'avait pas pris dans ses bras, larmoyant, quand j'étais en dépression. Elle avait fait comme si ma dépression n'existait pas. Comme si je n'avais aucune raison d'être déprimé. Et cela avait fonctionné. La forme était rarement sérieuse chez Parker, mais le fond lui l'était. J'étais rarement du genre à juger la forme plutôt que le fond. Je laissais la forme aux gens superficiels. « Je suis contente de te voir ce soir » Moi aussi je l'étais. Je n'avais pas besoin de dire que la réciproque était vraie. Elle le savait. C'était le genre d'amie dont on n'avait pas de nouvelles pendant un mois et qui vous appelait pour programmer un truc comme si vous vous étiez quittés une heure. Pour cela elle était extraordinaire. Elle savait être indispensable sans être sérieusement dans la vie de quelqu'un. Ce qui était un sérieux numéro d'équilibriste. Je me demandais parfois d'où venait sa peur de l'engagement. La peur d'avoir les ailes coupées, d'être comme un oiseau en cage. Mais tout cela devait bien venir de quelque part.  

Après le malaise et mon rattrapage un peu convenue, elle ne put s'empêcher de rire.  «T'as pas tord, je suis comme un bon vin, je me bonifie avec le temps  » Ça oui, pour se bonifier elle se bonifiait. Quoi ? Parce qu'elle était mon amie je n'avais pas le droit de regarder ? Elle devait se douter que j'avais le regard baladeur depuis le temps. J'aimais ce qui était beau. Et elle était belle. Cela n'avait jamais été plus loin que le regard. Même en parole finalement je n'étais pas tendancieux. Juste le regard. Et avec sa robe blanche, elle était réellement divine. Je m'interrogeais réellement sur la raison de mes goûts pour les femmes. Ce besoin... Actuellement je supposais que c'était en raison du vide émotionnel laissé par Juliet que j'avais besoin de combler. Comme j'étais incapable de combler une femme en couple je le faisais autrement. Pourtant, ce besoin je l'avais eu bien avant Juliet. Du temps de Jane déjà j'aimais séduire. Je n'avais pas la réponse. Je ne me comprenais pas. Heureusement, même dans mes besoins je savais me contrôler. Je n'avais jamais rien tenté avec Parker, malgré la tentation assez importante.

«Je te prouverais que tu as tord... » Je ricanai. « Crois moi Parker, à côté de moi, tu es une none. » Je lui fis un clin d'œil avant de voler discrètement les verres. J'avais envie de jouer. De m'amuser. De me changer les idées. Et à première vue elle en avait aussi envie. Je me faufilai dans la foule avec les verres après l'avoir incité à venir les chercher. Je vis au passage un couple revenir des toilettes. Ils ne s'étaient pas embêtés. Comment je le savais ? Le suçon dans le coup et les boutons du haut de la chemise du haut détachés pour le monsieur et la chevelure décoiffée pour la dame. Je les enviais presque. Ils avaient l'air... Pas heureux. Non, s'envoyer en l'air ne rendait pas heureux. Mais ils avaient l'air insouciants. Je me demandais quelle image je donnais à Parker. Quelqu'un de torturé ? Quelqu'un d'insouciant ? Quelqu'un de simple voire simplet ? On ne disait jamais les choses. Parfois on se les montrait. Enfin... Elle n'était pas du genre à aller dans les bras de quelqu'un et de pleurer. Elle n'était pas du genre à laisser les gens pleurer. J'eus alors un instant de doute. A quoi pensait-elle en général ? C'était une question vague. Question à laquelle je n'avais pas la réponse. Ce n'était pas un livre ouvert. J'avais l'impression que sa devise était la fuite vers l'avant. Peut-être que je me trompais. Mais si j'avais raison... Il me serait impossible de savoir ce à quoi elle pouvait penser. Ce qui rendait ma position vis-à-vis d'elle complexe.

Bref, ce n'était pas le moment de faire une crise existentialiste. J'avais besoin de me détendre. Pas de réfléchir. Et elle aussi. J'allai alors me cacher dans un coin, face à vitre. L'avantage était que de dos elle me repérerait moins facilement et la vitre me permettrait de la voir arriver. Bingo. Elle arriva. Je posai l'un des verres sur le rebord. Et je cachai l'autre derrière mon dos après m'être retourné vers elle, un sourire plein de provocation. Elle m'attrapa le bras pour éviter que je m'échappe. Heureusement, le verre était dans l'autre main. «je crois que tu as quelque chose qui m'appartient » J'esquissai un sourire encore plus provocateur qu'avant. « Dommage pour toi il me reste qu'un verre... Je t'ai dit quoi déjà ? Ah oui, viens le chercher. » Je montrai d'un coup le verre que j'avais caché dans mon dos. Laissant l'autre sur le rebord de la fenêtre. Je n'avais pas besoin de le tenir vu que mon corps cachait entièrement son existence. Avant même qu'elle puisse m'en empêcher, je mis dans ma bouche le précieux liquide qu'elle avait demandé. Et par pure provocation je n'avalais pas. Pour qu'elle sente la douce agonie quand je déciderais de faire descende l'alcool dans mon estomac. J'aimais vraiment jouer avec elle. Malheureusement pour elle, ce soir, elle ne pourrait rien m'apprendre sur comment jouer avec les nerfs de son partenaire de boisson.  


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 427
MESSAGES : 1254
AGE : 25
CÉLÉBRITÉ : Mimi Elashiry
PSEUDO INTERNET : Mils
FLORIDIEN DEPUIS LE : 10/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★☆☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★★☆☆☆
MÉTIER
★★★☆☆☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★★☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★★★☆☆
PATIENCE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆


HISTOIRE

Née en Autriche le 17 mai 1992 -a la double nationalité Autrichienne et Américaine - a toujours été une vrai casse cou - aime le sport depuis petite, encouragée par son père soldat - a une passion pour le risque - tien à sa liberté plus que tout autre chose - a un tempérament impulsif - déteste l'inactivité et rester enfermée - a eut un casier très tôt d'abord pour du vandalisme - est toujours en vadrouille quelque part - ne décroche jamais ou presque son téléphone et n'écoute jamais son répondeur - A quitté l'Autriche à ses 15 ans pour suivre son meilleur ami- Surf tout les jours depuis son arrivée en Floride - Est incapable de garder un job ou un petit ami car elle juge les deux trop contraignants - n'a jamais eu d'histoire sérieuse - N'accorde aucune importance à ce que les gens peuvent penser d'elle - Ne se prive de rien et fais tout ce qui lui passe par la tête - A été en prison avec son meilleur ami lorsqu'ils se sont fait arrêter après le vol d'une voiture, c'est la pire période de sa vie, bien que son meilleur ami Alec ce soit accusé à sa place elle a passé les 7 plus longs mois de sa vie derrière les barreaux et n'aurait surement pas supporté la captivité si Alec n'avait pas été avec elle .

CARACTERE

Sportive - Libre - Plutôt extravertie - Ne prend rien très au sérieux - fêtarde - rebelle - accro à l'adrénaline - entière - impulsive - aventurière - impatiente - pétillante - têtue - insatiable - allergique au contrainte - infatigable - malicieuse

LIENS

ALEC, meilleur ami.
Whenever this world is cruel to me
I got you to help me forgive
When things turn out bad
You know I'll never be lonely


ALYSSA, meilleure amie.
You can count on me like 1, 2, 3
I'll be there
And I know when I need it
I can count on you like 4, 3, 2
You'll be there


KALLEN, ami proche
On the road again
I just can't wait to get on the road again
The life i love is makin' music with my friends
And i can't wait to get on the road again


BLAI, ami proche.

So no one told you life was gonna be this way
It's like you're always stuck in second gear,
When it hasn't been your day, your week, your month or even your year, but
I'll be there for you, 'cause you're there for me too


JULES, amie proche

For one so small
You seem so strong
No matter what they say
You'll be here in my heart


৩ ৩ ৩ ৩ ৩
Clyde T. Boone Depuis une rencontre hasardeuse chez le tatoueur, une amitié un peu particulière lie les ces deux là. S'ils s'entendent parfaitement, leurs indifférence pour la bienséance et leurs mépris des règles prennent une autre dimension lorsqu'ils se retrouvent. Alors afin de limiter les dégâts, ils ne cherchent pas à se contacter mais attendent plutôt de se rencontrer au détour d'une rue, ou accoudé à un comptoir quelconque. Matthew Evans Ces deux là auraient pu penser qu'ils n'avaient que leurs cours de journalisme en commun. Mais ils ont plus, ils ont Alyssa et cette place importante qu'elle occupe dans leurs vies respectives. Outre Alyssa, ils aiment tous les deux le sport, alors vous trouverez Parker sur les gradins pour chaque match de l'équipe de Matthew pour l'encourager. Pancarte, cris, commentaires, une vraie fan S. Pierce Vaughn rencontré par le biais de leur meilleur ami en commun Alec, ils passent depuis de bon moment ensemble, que ce soit en soirée, ou non. Ils partagent une sorte d'hyperactivité qui doit être éprouvante à supporter lorsqu'ils sont ensemble. Ils expriment leur affection d'une manière bien particulière, puisqu'ils prennent tous deux un malin plaisir à se faire des petites crasses, ce qui les amusent beaucoup. Laurel R. Bourgeais Rencontrée au lycée, les filles ont fait connaissance par le biais de Alec, avec qui Laurel avait sympathisée. Elles se sont tout de suite bien entendu, ce qui était une chance puisque l'une comme l'autre était toujours fourée avec Alec. Lorsque les choses se sont tendues entre Alec et Laurel,  Parker était bien entendu au courant, étant ce qu'elle ait elle n'avait pas passé des heures à discuter avec l'un ou l'autre sentiment, elle n'avait pas donné de conseils, pour être honnête la plupart du temps elle ignorait le sujet.. Puis Laurel avait perdu son frère, et son comportement avait changé, se rapprochant de celui de Parker qui était présente à sa façon,elle était l'amie avec qui ont se changer les idées. Les filles s'étaient rapprochées, traînant ensemble dans toutes sortes de soirées. Et lorsque l'une ou l'autre avait besoin de faire une pause, de se retrouver, elles allaient à la plage, planche sous le bras et pouvait passer des heures et des heures à surfer. Aelys I. Tollererg c'est la cousine d'Alec, et il l'adore, alors bien évidemment les deux jeunes femmes ont été amenées à se rencontrer à plusieurs reprises. Mais finalement elle ne se connaisse pas encore très bien toutes les deux, elles sont toujours en groupe quand elles se croisent et non jamais réellement parlé. Lucy I. Woodburn les deux jeunes femmes n'ont fait que se croiser jusqu'à maintenant, mais pour une raison ou pour une autre la présence de l'une irrite l'autre et inversement. Juliet E. WindsorParker a rencontré Juliet par le biais de Blai, les deux étudiante s'étaient rapidement bien entendu, Parker aimait la complexité de la personnalité de la jolie blonde, elles partageaient leur goût de l'aventure, une curiosité pour le monde qui les entourent, et quand elles avaient une idée en tête ce n'était pas la peine d'essayer de discuter. Mais Juliet était tombé enceinte et elle était sortie de la vie de Blai du jour au lendemain. Parker n'était pas le genre de personne qu'on venait trouver pour discuter sérieusement, mais sans qu'il lui en parle elle avait constaté les répercussions sur la vie de son ami, et elle n'avait pas pût s'empêcher de le reprocher à Juliet, elle ne comprenait pas. Aujourd'hui elle repointe le bout de son nez dans la vie de Blai, une magnifique petite fille sous le bras. Et Parker ne peut pas s'empêcher de se faire du soucis pour le professeur, elle n'est pas du genre à se prendre la tête d'habitude, et pourtant elle ne peut s'empêcher de garder un œil sur l'évolution de la situation. Parfois elle ressent une certaine nostalgie quant à Juliet, elle regrette l'amie qu'elle a perdue. Juliet C. Johnson C'est pas vraiment avec Juliet que Parker a un problème, ce serait plutôt avec sa mère, cette femme qui défendait le proprio de la voiture qu'elle avait volée puis accidentée. Elle ne peut pas s'empêcher de lui en vouloir, surement parce qu'elle ressemble vraiment à sa mère, et croiser son regard lui fait repenser à la prison, la pire période de sa vie.


avatar

break the rules - ΑΞΔ
break the rules - ΑΞΔ




Re: Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.   
Mer 31 Mai - 20:45

« Stop thinking. Start drinking. »

Ton sourire qui devient reconnaissant, quand il ne rebondit pas sur le fait que tu lui assures que tu es contente de le voir ici ce soir, il te connaît assez pour savoir que ce genre de chose te mets mal à l'aise, et tu aurais vite été gênée si jamais il avait commencé à répondre là-dessus. Tu ne sais pas pourquoi c'est si compliqué pour toi de parler sérieusement de ce que tu ressens, ou de parler sérieusement tout court d'ailleurs, cette sorte de pudeur que tu n'as que pour ça, alors que le reste de ta personnalité est plutôt dans la démonstration. Mais tu ne t'ai jamais posé la question, parce que c'est pas ton genre de t'arrêter pour regarder ton nombril et te poser des questions sur toi-même, tu es bien trop occupé à faire toutes autres sortes de choses, plus irréfléchies, plus légères, bref plus cool selon tes critères personnels. Et comme pour t'éloigner un peu de ce moment rare et un peu inconfortable où tu exprimes un peu maladroitement ta joie de passer ce moment avec lui, la commande que tu as passée arrive et Blai se rapproche de toi dans un mouvement pas entièrement contrôlé. Comme à ton habitude, tu le taquines, tu ne rates pas une occasion, surtout quand on te l'offre comme ça. « Crois moi Parker, à côté de moi, tu es une nonne. »

Tu ne peux pas t'empêcher de rire, personne ne t'avait jamais qualifiée de nonne, et tu étais au courant que tu étais un peu loin de ce qu'on attendait d'une religieuse. Ton style de vie, ta passion pour les soirées, le risque , l'alcool, ou même pour les hommes, était aux antipodes du style de vie prêchée par l'église. Bon après c'est sur que comme Blai en point de comparaison... Tu te souvenais très bien la soirée que vous aviez passé ensemble et où il avait inexplicablement disparu pendant un long moment avant que tu ne le repères sortir des toilettes, non pas avec une fille mais avec deux, ou quand il t'avait raconté s'être battu un soir, il était comme toi, mais un cran au dessus pour bien des choses comme l'alcool ou  le sexe. « Ok t'es loin d'être un ange.... Mais une nonne ?! Faut pas abuser non plus  » conclus-tu dans un sourire amusé. Tu te doutais que ce n'était évidemment pas l'image que Blai avait de toi, ou alors il avait vraiment un regard unique sur toi, parce que de toutes les personnes qui te connaissaient tu avais déjà entendu beaucoup de chose, mais jamais une quelconque ressemblance avec une femme de foi. Tu n'avais pas le temps d'ajouter quoi que ce soit, puisque tu te trouvais déstabilisée par la présence du professeur de nouveau près de ton visage. Tu n'eus pas le temps de vraiment comprendre, et après un clin d’œil, Blai s'éloignait déjà prenant les verres avec lui. Après t'être remise de la fuite de ton ami de boisson avec ladite boisson, impatiente de le retrouver et d'enfin pouvoir boire ce verre qui m'appelle, je monte sur une table avant de retrouver l'homme que je cherche.

« Dommage pour toi il me reste qu'un verre... Je t'ai dit quoi déjà ? Ah oui, viens le chercher. » Tu fronces les sourcils, comment ça il n'a plus qu'un verre, il a déjà bu l'autre le temps que tu le trouves ? T'as pourtant était rapide, et t'étais pas peu fière de ton efficacité en plus. Et ce sourire provocateur qui étire déjà ses lèvres, il est fier de lui, et tu n'as qu'une envie, trouver un moyen de reprendre le dessus dans ce jeu dans lequel vous vous lancez à présent. Il sortit le verre qu'il cachait dans son dos, et tu fronçais déjà les sourcils, te demandant ce qui allait suivre, il est clair qu'il avait une idée derrière la tête, et qu'il n'allait pas tout simplement te donner le verre. Et pour dire vrai, tu aurais peut-être était un peu déçue, ça aurait été trop simple, et cette petite chasse au verre t'amusais bien, et au vue du sourire de Blai, ça avait l'air d'être le cas pour lui aussi. Cependant il commençait à esquisser un geste pour lever le verre vers ses lèvres, et tu compris trop tard qu'il allait boire le dernier shoot qui vous restez devant toi.  «Non, non , non , non, non, non  » Le geste ne dura que quelques secondes, et le temps que tu lèves ton bras pour intercepter le sien ponctuant ton geste de toutes tes négations, le liquide déjà tant convoité se trouvait dans sa bouche. «« N'avale pas » lui interdis-tu en pointant ton index devant lui d'un ton menaçant ne remarquant même pas qu'il était un peu bizarre de demander à un ami de ne pas avaler, cherchant déjà comment tu allais pouvoir récupérer l'alcool, parce que bien évidemment tu ne contait pas rester là et le regarder boire le deuxième shooter qui te revenait, enfin de ton point de vue. Mais il n'avait pas l'air de vouloir avaler de toute façon, préférant te narguer, tu attrapais alors le shooter, voulant m'être fin à cette torture psychologique. Le shooter vide en main tu lui désignais  «recraches !  ». Blai haussa un sourcils, tu ne savais pas s'il était en train de se demander si j'étais vraiment sérieuse ou si c'était une autre de ces provocations. « Et si tu en mets à côté je me fâche  » indiquais tu, finalement un sourire étirait déjà de nouveau tes lèvres, tu te demandais s'il le ferait ou non, et s'il refusait comment tu t'y prendrais alors. Quoi qu'il arrive tu avais décidé que tu récupérerais cet alcool, parce que vous étiez entrain de jouer et que tu n'aimais pas perdre, dans ce genre de situation, gagner était même une obsession. Tes yeux fixaient Blai « Ne me force pas à le faire moi-même  » le menaçais tu déjà de nouveau, sachant que tes menaces ne marchaient jamais sur lui de toute façon.

014 © Lunay's invention


@Blai Gavigan


"Don't stop me now "

Tonight I'm gonna have myself a real good time
I feel alive and the world turning inside out yeah
And floating around in ecstasy
So don't stop me now don't stop me
'Cause I'm having a good time having a good time
♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 4
MESSAGES : 575
AGE : 31
CÉLÉBRITÉ : Tom Ellis
PSEUDO INTERNET : Parménion
FLORIDIEN DEPUIS LE : 30/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★★★☆☆
MÉTIER
★★★★★★★★★☆
RICHESSE
★★★★★★★★☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★★★★☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★☆☆☆☆
RÉUSSITE PERSONNELLE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆

avatar

top of the world - GF
top of the world - GF




Re: Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.   
Jeu 22 Juin - 1:37

Stop thinking. Start drinking.


Vendredi 5 Mai 2017, 21 heure.





« Ok t'es loin d'être un ange.... Mais une nonne ?! Faut pas abuser non plus » Ce n'était pas entièrement faux. Parker n'était pas une none. Pourtant, j'aimais penser qu'elle était moins pervertie que moi. Et ce n'était pas entièrement faux. D'une certaine façon, elle, ce qu'elle faisait c'était par insouciance ou par envie. Presque par naïveté. Elle ne voulait pas se prendre la tête et avait rarement conscience de ce qu'elle faisait ou en quoi ce qu'elle faisait était tout sauf innocent. Si elle allait sauter dans les bras d'un homme l'emmenant avec elle aux toilettes, elle ne se rendrait pas compte à quel point la situation était cocasse. Elle le ferait. Point. Bien sûr, après si on le lui faisait remarquer, elle dirait tout simplement que ce n'était pas important. Mais moi, ce que je faisais, je savais depuis le départ que c'était tout sauf innocent. Je savais à quel point j'étais dévient. Et je faisais exprès d'aller ce vers quoi la morale n'était pas vraiment d'accord. C'est intentionnel, là où pour Parker c'était tout simplement naturel. La différence était importante. On ne pouvait pas reprocher à quelqu'un sa nature. En revanche, quelqu'un qui se forgeait comme ça, lui on pouvait le juger et lui reprocher qui il était. Parfois je me reprochais ce que j'étais devenu. J'aurais pu être quelqu'un de bien. Mais, je n'y arrivais pas. Je prenais du plaisir que dans la décadence, dans la déchéance. Heureusement qu'un témoin de Jéhovah n'était pas dans mes pensées... il me dirait instantanément que Dieu pouvait me sauver. Encore fallait-il qu'il existe... Par ailleurs je n'étais pas sûr d'avoir une âme à proprement parlé. Un cœur oui, c'était l'organe qui pompait le sang, mais une âme... Je ne savais pas. J'aimais penser qu'après toutes ces années la seule chose qui était restée de mon âme d'adolescent était les instincts primaires et aventurier. Le terme aventurier faisant ici référence à mon amour de la découverte de ce qu'il y avait sous la robe des jolies filles.

C'était d'ailleurs ce côté enfantin qui s'exprimait avec Parker. J'avais envie de me jouer d'elle... Ou de jouer avec elle. Je ne savais pas vraiment. Quand j'avais pris les deux verres je n'avais pas réellement réfléchi. Ce qui était assez rare pour être souligné. Cette femme me faisait parfois perdre la tête. C'était problématique puisque le mot raison était absent de son vocabulaire. Enfin... C'était partiellement faux. Elle n'aimait pas la raison, mais elle adorait avoir raison. Ce qui n'arrivait pas si souvent avec moi. Quand on jouait, soit je gagnais soit je la laissais gagner. J'étais un adversaire coriace et je finissais toujours par avoir ce que je voulais. Sauf elle. Bref, elle détestait quand je la laissais gagner. Elle trouvait ça trop facile. En fait pour satisfaire la dame il fallait que la laisse gagner en jouant bien la comédie. Et comme elle me connaissait presque mieux que quiconque, il était rare que j'arrive à la tromper. Elle pouvait avoir confiance en moi tout comme j'avais confiance en elle. Elle m'acceptait comme j'étais. Même si j'étais un raté assez pathétique, quand elle me regardait... Je ne voyais pas des yeux brillants d'amour et d'admiration, mais de la sincérité. Ce qui était plus que la plupart. Mieux que Ju... Non, ce n'était pas le bon moment pour y penser. C'était trop prise de tête. Et les prises de têtes n'étaient pas vraiment la spécialité de Parker.

Tout allait vite maintenant. Moi qui prenais les verres, elle qui me pourchassait et trouvait après que j'eusse établit mon plan pour me jouer d'elle avec son accord. Du moins son accord implicite. Quand elle vit que j'avais dans ma bouche le présumé dernier verre, elle se mit dans tous ses états. « N'avale pas » J'eus alors mon sourire narquois qu'elle détestait voir. J'avalais une petite partie du verre. Elle pensait vraiment me donner un ordre ? Elle m'indiqua le shooter vide avant de m'ordonner avec sa pseudo autorité «recraches ! » J'haussais un sourcil. Elle m'avait vraiment demandé ça ? Genre sincèrement ? D'où on pouvait dire à quelqu'un de recracher et garder son sérieux derrière ? Bon du coup j'hésitais moi. Elle m'avait fait douter avec sa connerie. Et alors que j'allais céder elle ajouta : « Ne me force pas à le faire moi-même » Là j'eus une idée assez dingue. C'était quitte ou double. Sans pouvoir dire un mot, à cause du liquide dans ma bouche, je me penchai. Suffisamment proche du verre pour qu'elle pense avoir gagné. Puis après quelques secondes, je me relevais, un sourire entre les lèvres, toujours la bouche pleine. Enfin, avec un doigt, je lui dis de venir vers moi avec un regard en mode « Chiche ? Vien chercher. » Il n'y avait pas à dire, j'étais accro à cette fille.


Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas

Voir le profil de l'utilisateur
GOLDEN PIECES : 427
MESSAGES : 1254
AGE : 25
CÉLÉBRITÉ : Mimi Elashiry
PSEUDO INTERNET : Mils
FLORIDIEN DEPUIS LE : 10/04/2017
EXPECTATIONS' STARS :
RÉPUTATION
★★★★★★☆☆☆☆
ÉTUDES
★★★★★★★☆☆☆
MÉTIER
★★★☆☆☆☆☆☆☆
RICHESSE
★★★★★☆☆☆☆☆
LIEU DE VIE
★★★★★★☆☆☆☆
SANTÉ
★★★★★★★★☆☆
POPULARITÉ SOCIALE
★★★★★★★★☆☆
PATIENCE
★★☆☆☆☆☆☆☆☆


HISTOIRE

Née en Autriche le 17 mai 1992 -a la double nationalité Autrichienne et Américaine - a toujours été une vrai casse cou - aime le sport depuis petite, encouragée par son père soldat - a une passion pour le risque - tien à sa liberté plus que tout autre chose - a un tempérament impulsif - déteste l'inactivité et rester enfermée - a eut un casier très tôt d'abord pour du vandalisme - est toujours en vadrouille quelque part - ne décroche jamais ou presque son téléphone et n'écoute jamais son répondeur - A quitté l'Autriche à ses 15 ans pour suivre son meilleur ami- Surf tout les jours depuis son arrivée en Floride - Est incapable de garder un job ou un petit ami car elle juge les deux trop contraignants - n'a jamais eu d'histoire sérieuse - N'accorde aucune importance à ce que les gens peuvent penser d'elle - Ne se prive de rien et fais tout ce qui lui passe par la tête - A été en prison avec son meilleur ami lorsqu'ils se sont fait arrêter après le vol d'une voiture, c'est la pire période de sa vie, bien que son meilleur ami Alec ce soit accusé à sa place elle a passé les 7 plus longs mois de sa vie derrière les barreaux et n'aurait surement pas supporté la captivité si Alec n'avait pas été avec elle .

CARACTERE

Sportive - Libre - Plutôt extravertie - Ne prend rien très au sérieux - fêtarde - rebelle - accro à l'adrénaline - entière - impulsive - aventurière - impatiente - pétillante - têtue - insatiable - allergique au contrainte - infatigable - malicieuse

LIENS

ALEC, meilleur ami.
Whenever this world is cruel to me
I got you to help me forgive
When things turn out bad
You know I'll never be lonely


ALYSSA, meilleure amie.
You can count on me like 1, 2, 3
I'll be there
And I know when I need it
I can count on you like 4, 3, 2
You'll be there


KALLEN, ami proche
On the road again
I just can't wait to get on the road again
The life i love is makin' music with my friends
And i can't wait to get on the road again


BLAI, ami proche.

So no one told you life was gonna be this way
It's like you're always stuck in second gear,
When it hasn't been your day, your week, your month or even your year, but
I'll be there for you, 'cause you're there for me too


JULES, amie proche

For one so small
You seem so strong
No matter what they say
You'll be here in my heart


৩ ৩ ৩ ৩ ৩
Clyde T. Boone Depuis une rencontre hasardeuse chez le tatoueur, une amitié un peu particulière lie les ces deux là. S'ils s'entendent parfaitement, leurs indifférence pour la bienséance et leurs mépris des règles prennent une autre dimension lorsqu'ils se retrouvent. Alors afin de limiter les dégâts, ils ne cherchent pas à se contacter mais attendent plutôt de se rencontrer au détour d'une rue, ou accoudé à un comptoir quelconque. Matthew Evans Ces deux là auraient pu penser qu'ils n'avaient que leurs cours de journalisme en commun. Mais ils ont plus, ils ont Alyssa et cette place importante qu'elle occupe dans leurs vies respectives. Outre Alyssa, ils aiment tous les deux le sport, alors vous trouverez Parker sur les gradins pour chaque match de l'équipe de Matthew pour l'encourager. Pancarte, cris, commentaires, une vraie fan S. Pierce Vaughn rencontré par le biais de leur meilleur ami en commun Alec, ils passent depuis de bon moment ensemble, que ce soit en soirée, ou non. Ils partagent une sorte d'hyperactivité qui doit être éprouvante à supporter lorsqu'ils sont ensemble. Ils expriment leur affection d'une manière bien particulière, puisqu'ils prennent tous deux un malin plaisir à se faire des petites crasses, ce qui les amusent beaucoup. Laurel R. Bourgeais Rencontrée au lycée, les filles ont fait connaissance par le biais de Alec, avec qui Laurel avait sympathisée. Elles se sont tout de suite bien entendu, ce qui était une chance puisque l'une comme l'autre était toujours fourée avec Alec. Lorsque les choses se sont tendues entre Alec et Laurel,  Parker était bien entendu au courant, étant ce qu'elle ait elle n'avait pas passé des heures à discuter avec l'un ou l'autre sentiment, elle n'avait pas donné de conseils, pour être honnête la plupart du temps elle ignorait le sujet.. Puis Laurel avait perdu son frère, et son comportement avait changé, se rapprochant de celui de Parker qui était présente à sa façon,elle était l'amie avec qui ont se changer les idées. Les filles s'étaient rapprochées, traînant ensemble dans toutes sortes de soirées. Et lorsque l'une ou l'autre avait besoin de faire une pause, de se retrouver, elles allaient à la plage, planche sous le bras et pouvait passer des heures et des heures à surfer. Aelys I. Tollererg c'est la cousine d'Alec, et il l'adore, alors bien évidemment les deux jeunes femmes ont été amenées à se rencontrer à plusieurs reprises. Mais finalement elle ne se connaisse pas encore très bien toutes les deux, elles sont toujours en groupe quand elles se croisent et non jamais réellement parlé. Lucy I. Woodburn les deux jeunes femmes n'ont fait que se croiser jusqu'à maintenant, mais pour une raison ou pour une autre la présence de l'une irrite l'autre et inversement. Juliet E. WindsorParker a rencontré Juliet par le biais de Blai, les deux étudiante s'étaient rapidement bien entendu, Parker aimait la complexité de la personnalité de la jolie blonde, elles partageaient leur goût de l'aventure, une curiosité pour le monde qui les entourent, et quand elles avaient une idée en tête ce n'était pas la peine d'essayer de discuter. Mais Juliet était tombé enceinte et elle était sortie de la vie de Blai du jour au lendemain. Parker n'était pas le genre de personne qu'on venait trouver pour discuter sérieusement, mais sans qu'il lui en parle elle avait constaté les répercussions sur la vie de son ami, et elle n'avait pas pût s'empêcher de le reprocher à Juliet, elle ne comprenait pas. Aujourd'hui elle repointe le bout de son nez dans la vie de Blai, une magnifique petite fille sous le bras. Et Parker ne peut pas s'empêcher de se faire du soucis pour le professeur, elle n'est pas du genre à se prendre la tête d'habitude, et pourtant elle ne peut s'empêcher de garder un œil sur l'évolution de la situation. Parfois elle ressent une certaine nostalgie quant à Juliet, elle regrette l'amie qu'elle a perdue. Juliet C. Johnson C'est pas vraiment avec Juliet que Parker a un problème, ce serait plutôt avec sa mère, cette femme qui défendait le proprio de la voiture qu'elle avait volée puis accidentée. Elle ne peut pas s'empêcher de lui en vouloir, surement parce qu'elle ressemble vraiment à sa mère, et croiser son regard lui fait repenser à la prison, la pire période de sa vie.


avatar

break the rules - ΑΞΔ
break the rules - ΑΞΔ




Re: Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.   
Jeu 22 Juin - 19:44

« Stop thinking. Start drinking. »

À peine remise du trouble d'avoir le visage du professeur si proche du tiens qu'il s'éloigne déjà, emportant les verres avec lui. Jeu qui commence, rien de tel pour te remettre les idées en place, toi et ton sens de la compétition étes indissociable depuis bien longtemps maintenant. Tu montais sur une table pour avoir une vue d'ensemble sur le bar et pouvoir localiser plus rapidement ton ami. Tu ne remarquais même pas les quelques regards qui se posaient sur toi, bien trop concentrée à chercher Blai. Si tu étais plus attentive tu saurais que c'est presque une habitude, ton mépris pour les conventions font souvent glisser des regards soit amusés, soit outrés sur toi, que ce soit quand tu parles trop fort, que tu ais un fou rire au cinéma, ou que tu montes sur une table, comme maintenant, ton passage ne manque jamais d'être remarqué et pas spécialement dans le bon sens du terme. Mais tu ne cherches pas l'attention, tu ne la remarques d'ailleurs jamais, peut-être que certain penseront que tu manques d'égard pour les gens qui t'entourent, et c'est peut-être vrai, tu te souviens vaguement avoir entendu l'expression: la liberté des uns s'arrêtent ou commence celle des autres, mais t'as vraiment pas l'attention de te priver de faire ce que tu veux pour ne peut offenser des gens que tu ne connais même pas. En ce moment tu ne penses qu'à une chose : trouver Blai, dans le but de reprendre ton verre, et tu n'entends pas les conversations alentours, là ou d'autre distinguerait différentes voix, des plus roques, des plus aigues, des proches, ou des éloignées, toi tu n'entends qu'un bruit ambiant, c'est tout, tu vis dans un monde différent. Tes yeux se plissent quand tu localises enfin la personne que tu cherches, et tu sautes en bas de ta table avant de le rejoindre avec de grandes enjambées.

Impuissante tu vois Blai vider le contenu du verre dans sa bouche, et tu n'as pas été assez rapide pour l'en empêcher. Alors tu passes rapidement aux menaces, ça n'a jamais marché, avec personne, mais ça ne t'empêches pas d'essayer à chaque fois. Le professeur reste indifférent te narguant même d'un de ses sourires en coin qui pouvait te rendre folle dans un tel contexte, et il avalait une petite partie du liquide translucide. Tes yeux s'écarquillèrent « Arrête ça » t'écriais tu sans te défaire de ta simulation d'autorité. Il avait déjà arrêté, il se jouait de toi, il avait l'air trop content de lui en cet instant pour que tu le laisses continuer comme ça, alors les menaces reprirent et tu n’espérais pourtant pas de meilleurs résultats, mais ça te laissais au moins le temps de réfléchir rapidement à un plan B. Puis finalement tu le vois se pencher vers le verre, et tu commences à sourire, pensant enfin avoir réussi à la convaincre, mais il se redresse vite le professeur, ton sourire s’efface à la même vitesse. « t'es sérieux ? Qu'est ce que tu fais ? » Tu t'es réjouies un peu trop rapidement manifestement, énième provocation lancée par le grand brun, et tu commences à comprendre à sa tête que ce n'est pas encore fini. Du doigt il t'interpellait, et du regard il te défiait, il te connaissait bien, assez pour savoir que tu ne le laisserait pas se jouer de toi sans rien faire pour l'en empêcher. T'envisages un instant d'essayer de l'avoir à son propre jeu, peut-être qu'en lui donnant un coup, il recracherait, mais alors l'alcool se répandrait sur le sol et tu n'en aurais pas plus. Alors tu passais sur la seule autre solution qu'il te restait, aller directement à la source. Tu fis un pas dans la direction de ton ami, plantant ton regard déterminé dans ses yeux à lui, qui semblaient attendre de voir à quel point tu avais envie de ce shoot. Tu levais la tête vers lui, attrapais sa nuque de ta main droite, et exerçais une pression presque violente pour lui faire pencher la tête vers toi avant de te saisir de ses lèvres. Tu ne lui laissais pas le temps de réagir et tu glissais déjà ta langue entre ses lèvres, sentant immédiatement le goût de l'alcool dans ta bouche. Alors tu ne le lâchais plus Blai, pas avant d'avoir eu jusqu'à la  dernière goutte de ce shooter, et quand ce fut finalement le cas, tu relâchais sa nuque et tu te reculais « C'est moi qui gagne » soufflais tu dans un sourire.

014 © Lunay's invention


"Don't stop me now "

Tonight I'm gonna have myself a real good time
I feel alive and the world turning inside out yeah
And floating around in ecstasy
So don't stop me now don't stop me
'Cause I'm having a good time having a good time
♛ by endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
 

 Blaiker ♦ Stop thinking. Start drinking.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» stop thinking it's annoying (ada)
» Stop wishing, start doing. | Zack
» 05_ i just can't stop loving you
» 07. It's a new day, a new start, and I'm feeling good!
» 01. Don't stop me now !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MIAMI A MILLION LITTLE FACES :: North Miami :: Aventura-
Sauter vers: